Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Lexique des amateurs d’armes. > Lexique des amateurs d’armes, lettre M

Lexique des amateurs d’armes, lettre M

Lexique lettre A - lexique lettre B, - lexique lettre C - lexique lettre D - lexique lettre E - lexique lettre F - lexique lettre G et H - lexique lettres I et J - lexique lettre K et L - lexique lettre M - lexique lettre N - lexique lettres O et P - lexique lettres Q, R, S, T, V, W, X, Y, Z
- M comme modérateur de son, autrement dit : silencieux ou réducteurs des son.

-  M comme marquage des armes à feu.

- M comme munitions : classement, acquisition et stockage.

- M comme Manufrance  : comment classer les armes d’épaule de la Manu ?

- M comme maquette : comment la classer ?


Définitions de mots

- Mousquet  : « Grosse arquebuse de guerre  » à canon plus long dont l’intérieur est lisse et à calibre plus important. Son allumage est généralement à mèche. C’est l’ancêtre du fusil de guerre.

- Mousqueton : « Petit mousquet » = Fusil militaire court destiné à la cavalerie, et utilisant la même munition que le fusil normal, en diminuant sa charge de poudre d’un tiers. Accroché souvent à la selle du cheval par un système d’anneau coulissant, il donnera son nom aux attaches rapides que nous utilisons aujourd’hui.

-  Mousquetaire : Corps de soldats armés d’un mousquet, créé en France sous Louis XIII.

- Mèche à feu : Mèche pour la platine qui utilise ce mode de mise à feu. Elle a été plongée dans une solution de salpêtre et d’eau bouillante pendant un certain temps, puis séchée. La mèche produit ainsi une braise plus vive et chaude, qui avoisine les 900° (contre 600° sans traitement). Cela rend l’allumage de la poudre beaucoup plus rapide voire instantané

- Mouche (« faire et prendre » la mouche)  : Il semble que ces vieilles expressions remontent au moins à la création du mousquet (arme d’épaule de guerre) en 1521. Mais elles viendraient à l’origine, de la balle de fronde se comportant comme une grosse mouche (bourdonnant et étant très rapide comme l’insecte).
Le nom « Mousquet » provient de l’italien « Moschetto », issu du latin « Musca », la mouche, à cause de son projectile, la balle qui sifflait et était invisible en vol comme une mouche aux oreilles des soldats. Le terme « Mousquet » peut être interprété comme le « lanceur de mouche ». L’expression « prendre la mouche », qui exprime la vexation et la colère, viendrait du fait que recevoir des mouches (balles) n’est guère plaisant. En tir on parle de «  Faire mouche » quand on atteint la cible, c’est-à-dire à l’origine, mettre « la mouche » dans la cible.

- Mitrailleuse  : Il s’agit d’une arme de guerre sur trépied , bipied, roues ou équipant un véhicule terrestre, maritime, ou un aéronef, tirant des rafales soutenues de projectiles, et alimentée généralement par une bande de cartouches, d’un calibre inférieur à 20 mm . Elle est généralement servie dans sa version lourde par 2 soldats.
Elle est apparue au 19è siècle (mitrailleuse primitive du suisse Steuble en 1830, puis « l’ Ager Coffee Mill » à un canon en calibre 58, et la « Gatling » de calibre 58 à 75 à plusieurs canons en 1861 etc. ) et dérive d’un lointain ancêtre médiéval du 15è siècle, le ribaudequin ou orgue, capable d’effectuer un tir de barrage en rafale depuis une seule arme.

- Pistolet mitrailleur  : Arme à feu automatique individuelle de taille inférieure à une carabine ou un fusil d’assaut, et allant jusqu’à celle d’un pistolet automatique pour les plus petits. Il apparait à la fin de la première guerre mondiale, et tire une munition d’arme de poing. Il s’utilise pour le combat rapproché dépassant rarement 100 mètres, en tir à la hanche au jugé, et à l’épaule pour beaucoup équipés d’une crosse pliante ou fixe.
La langage populaire a souvent appelé « Une mitraillette » le « Pistolet mitrailleur ». C’est d’ailleurs de là que vient l’origine de la mauvaise expression très employée dans les médias, « Une Kalach » en croyant à une « mitraillette », pour désigner en réalité un fusil automatique « dit d’assaut » soviétique, de modèle Kalachnikov.