Victimes collatérales des trafics d’armes

Vous vous souvenez qu’en juin 2018, les journaux titraient : « Saisie de près de 700 armes chez des collectionneurs, dont des armes de guerre ». Alors, comme d’habitude, ils évoquaient une « porosité entre le milieu des passionnés souvent peu regardants sur les conditions d’acquisitions de leurs armes et l’univers du grand banditisme. (...)

Lire l'article complet

Consulter les articles plus anciens