Accueil > Presse & armes (articles, émissions...) > Les émissions de télévision > Emission "Envoyé Spécial" sur France 2

Emission "Envoyé Spécial" sur France 2

On nous refait le coup de la cagoule.

par Jean Pierre Bastié, Vice Président de l’UFA, Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Sur Franceinfo, le jeudi 2 juin 2022, Elise Lucet a présenté son émission « envoyé spécial » dont le titre était : « jamais sans mon arme ». Elle nous a fait une splendide démonstration de manipulation d’opinion par omission. Sabre au clair contre les tireurs sportifs et collectionneurs qui détiennent « des arsenaux, exposent leurs névroses etc. » Et Laurent Nuñez [2] d’en remettre une couche avec les porosités entre tir sportif, terrorisme et extrême droite.

PNG - 366.9 ko
A la 15ème minute 34 de la vidéo, association de l’image d’un très beau revolver MR32 Match, utilisé impeccablement à bras franc avec sa poignée anatomique, avec le commentaire sur l’autodéfense, ou la « légitime défense » version Lucet. C’est l’utilisation pernicieuse qui consiste à induire un jugement en usant de la voix off.

Les mouvements d’extrême droite ont toujours servi d’épouvantail pour inquiéter la population et faire passer des lois qui restreignent nos libertés. Nous évoquions déjà le sujet dans l’article sur l’édition de Der Spiegel du 20 mai 2022. Mais l’émission diffusée sur France 2, enfonce encore le clou avec toujours cette mauvaise foi mâtinée d’amalgames qui caractérise le discours anti-armes dans l’hexagone.

On nous refait le coup de la cagoule.

A la fin des années trente, les exactions de la Cagoule, organisation politique et militaire clandestine de nature terroriste, ont entrainé une modification drastique du régime des armes à feu dans le pays. Mais la Cagoule ou plutôt l’OSARN (Organisation secrète d’action révolutionnaire nationale) était à l’origine de plusieurs assassinats, d’attentats à la bombe et de trafics d’armes. Un trafic gigantesque qui avait des ramifications à l’étranger et qui lui a permis d’accumuler un arsenal impressionnant qui surpassait par sa modernité celui de l’armée française.
Lors de son démantèlement par la police entre 1937 et 1938, on a vu sortir de ses caches des milliers d’armes à feu achetées à grands frais aux quatre coins de l’Europe : fusils, pistolets mitrailleurs et même des mitrailleuses. Il en est résulté les décrets lois de 1939.
Aujourd’hui, la situation est très différente, les stocks d’armes détenues illégalement qui existent dans le pays sont plus à rechercher dans les zones de non droit qui fleurissent en périphérie des grandes villes que dans les garages d’individus qui affichent leur appartenance à l’extrême droite.

PNG - 285.7 ko
Laurent Nuñez accuse les groupuscules de droite. Et les cités dans les banlieues, alors ?

Pour détenir une arme, il faut être au-dessus de tout soupçon

Le vulgum pecus n’a pas d’accès libre aux armes à feu. Pour pouvoir en être détenteur, il lui faut être chasseur ou tireur sportif et pour le devenir, il faut être exempt de toute condamnation et présenter un certificat médical d’aptitude à la pratique...
Autant dire que l’accès aux armes est interdit de fait à tout individu dont un comportement délictueux serait lié à des opinions politiques fortement marquées à l’extrême.
Alors lorsque le prétexte des groupuscules extrémistes ne suffit pas, on nous agite encore et encore le spectre pestifère des Etats Unis où les tueries de masse ne se comptent plus. Mais la France n’est pas l’Amérique. On ne vit pas chez nous dans un puritanisme qui écrase les individus et génère de gigantesques frustrations.

Les attentats qui ont frappé le pays ces dernières années étaient le fait d’individus radicalisés qui de surcroit les ont commis avec des armes détenues dans la plus grande illégalité. Plutôt que de fustiger les amateurs d’armes, qu’ils soient tireurs sportifs ou chasseurs, les médias devraient davantage s’intéresser aux trafics dans les cités et aux dizaines de personnes agressées à l’arme blanche tous les mois dans le pays car si dans leur grande majorité les délinquants n’ont pas accès aux armes à feu, ils n’ont aucun mal à se procurer des couteaux ou des objets contondants pour s’en prendre à leurs victimes. C’est l’intention criminelle qui tue, l’objet qui porte le coup, quel qu’il soit n’est que l’instrument de la volonté de l’assassin.
La tempête médiatique qui couve contre les armes et leurs détenteurs légaux depuis quelques mois doit nous maintenir en éveil pour éviter qu’une fois encore, les braves gens payent pour les voyous.

Elise Lucet maitrise à la perfection le triangle infernal : « Informer, émouvoir, faire agir ». J’informe (!!!) sur les armes, j’émeus par la détresse des victimes, et je fais agir contre les armes...

PNG - 13.3 ko

Ce matin, dimanche 5 juin aux heures de grande écoute [3], le journaliste de Franceinfo Philippe Duport en remet une nouvelle couche contre les armes, avec la même amnésie sélective que sa consoeur Lucet.
L’interviewé, Maître Franck Liénard, répond avec précision et compétence, rien d’étonnant. Ce qui l’est (ou, pour nous, n’a rien de surprenant) c’est qu’une nouvelle fois, pas un mot sur les armes illégales. Et un risque d’édulcoration de sa réponse quand il dit : "En France, les particuliers peuvent détenir des armes de type fusil d’assaut, MAIS ....." Et tout est dans ce "mais" qui sera vite "oublié" par les adeptes de la citation tronquée : "Un avocat spécialiste confirme qu’en France, les particuliers peuvent détenir des fusils d’assaut." Le replay.


- L’émission de France 2 en replay ;
- Article de Chasse Passion sur l’émission de France 2 ;
- Et comme par hasard un article qui sort en même temps : Ultradroite : armes de guerre, chargeurs de Kalachnikov, kilos de munitions.... un impressionnant arsenal découvert en Alsace.. Nous n’allons pas imaginer un plan com préparé depuis longtemps, de peur d’être traité de « complotiste »  !
- Et on continue : le DL du 4 juin :Interpellé au moment où « il prenait contact avec un individu détenteur d’arme à feu ».. Il n’est pas dit si c’était un détenteur légal et pas d’ultradroite, alors tout le monde dans le même panier !
- Tout cela s’inscrit dans la continuité de la déclaration du président Emmanuel Macron : « Je ne veux pas d’un pays où prolifèrent les armes... »
Délit d’opinion à la suite de l’émission d’Élise Lucet

Rel. L- 04/06/22

 

[1coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme

[2coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme

[3première diffusion à 7h24, puis 9h24, 11H 21 et 13h 51 ;

Imprimer cet article

Imprimer

Dans la même rubrique