Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes : on parle d’elles, ou elle font parler d’elles > Position de Nicolas Sarkosy à l’égard des armes > La déclaration de Nicolas Sarkozy sur RTL > Répliques de l’IFAL

La déclaration de Nicolas Sarkozy sur RTL

Répliques de l’IFAL

mardi 4 mars 2008, par l’IFAL

Les amateurs d’armes qui ont adressé à l’U.M.P., leurs doléances suite à la diatribe du Président de ce parti sur R.T.L. le 22 septembre dernier, ont reçu en guise de réponse le texte hors sujet ci-dessus, signé par un Responsable des relations publiques anonyme.

Ce genre de manœuvres dilatoires commence à excéder !

Si des mesures contre le terrorisme et la surveillance des personnes présentant un danger grave pour elle-même ou pour autrui sont nécessaires, nous sommes septiques sur l’efficacité des dispositions de la réglementation des armes dans ces deux domaines. Interdire d’arme à feu un suicidaire laissé en liberté semble même particulièrement incongru !
Les réactions des amateurs d’armes, suite à l’intervention de monsieur Sarkozy ne portaient pas sur tel ou tel point de la réglementation des armes. Mais les réactions de ces citoyens étaient une réponse à la conception de la République du ministre - candidat.
Notre propre conception de la République est inconciliable avec celle que monsieur Sarkozy a faite sienne.
Aussi, nous ne saurons accorder nos suffrages lors des élections présidentielles et législatives de 2007 à des candidats qui ne reconnaîtraient pas le droit aux armes comme un droit ... évident de sa nature, et l’un des principaux garants de la liberté politique et civile ; que nulle autre institution ne peut le suppléer ! d’une part et d’autre part ne reconnaîtrait pas qu’ il est impossible d’imaginer une aristocratie plus terrible que celle qui s’établirait dans un État, que seule une partie des citoyens serait armée et que l’autre ne le serait pas ; que tous les raisonnements contraires sont de futiles sophismes démentis par les faits, puisque aucun pays n’est plus paisible et n’offre une meilleure police que ceux où la nation est armée... Comme l’ont déclaré les rédacteurs de notre Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 !
Toute conception autre entraînerait une véritable rupture du Contrat Social avec des conséquences politiques, sociales et économiques dont il serait irresponsable de ne pas tenir compte !

Le Droit aux Armes en France.
Lors des travaux préparatoires à la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, Mirabeau avait proposé d’inscrire l’article suivant :
Tout citoyen a le droit d’avoir chez lui des armes, et de s’en servir, soit pour la défense commune, soit pour sa propre défense, contre toute agression illégale qui mettrait en péril la vie, les membres, ou la liberté d’un ou plusieurs citoyens. [1]
Les membres du comité constitutionnel ont convenu à l’unanimité que ce droit déclaré est évident de sa nature, et l’un des principaux garants de la liberté politique et civile ; que nulle autre institution ne peut le suppléer !

« Il est impossible d’imaginer une aristocratie plus terrible que celle qui s’établirait dans un État, que seule une partie des citoyens serait armée et que l’autre ne le serait pas ; que tous les raisonnements contraires sont de futiles sophismes démentis par les faits, puisque aucun pays n’est plus paisible et n’offre une meilleure police que ceux où la nation est armée… »

 

[1(Ass. Nat., séance du 18 août, Gazette nationale ou le Moniteur universel, n° 42)

Imprimer cet article

Imprimer