Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes : on parle d’elles, ou elle font parler d’elles > Position de Nicolas Sarkosy à l’égard des armes > La déclaration de Nicolas Sarkozy sur RTL > Ce que l’on en dit en Suisse

La déclaration de Nicolas Sarkozy sur RTL

Ce que l’on en dit en Suisse

France : de quoi s’inquiéter

mardi 4 mars 2008, par Frank Leutenegger

La pré-campagne électorale s’active en France. L’année prochaine, les citoyens français devront se choisir un nouveau président. D’ores et déjà, les deux favoris sont désignés :

- pour la gauche, Segolène Royal, auto-proclamée "pasionaria"
- pour la droite, Nicolas Sarkozy, desservi par sa taille et son nom d’origine hongroise, mais apprécié de son électorat pour ses déclarations "musclées" sur l’insécurité, l’incapacité de la justice française à se faire respecter actuellement, sur l’ordre à ramener dans les banlieues, etc.

La plupart des amateurs d’armes s’apprêtaient à voter, sans état d’âme, pour Sarkozy… jusqu’au jour où… pendant une émission de radio, le présidentiable de la droite a répondu à une question sur le droit de posséder des armes et sur la légitime défense au domicile. C’était le 22 septembre sur RTL. Voici un extrait de la réponse de ce candidat :

"Je voudrais vous dire une chose, dans la conception de la République qui EST la mienne, la sécurité c’est la responsabilité de l’Etat, je suis contre les milices, je suis contre les détentions d’arme au domicile, et j’essaie de vous faire réfléchir avec cela. Si vous êtes agressé par un malfaiteur armé, de toute manière IL s’en servira mieux que vous, vous vous mettez en danger. Si Le malfaiteur n’est pas armé et que vous l’êtes, et que vous tirez, c’est votre vie qui sera brisée, parce que tuer quelqu’un parce qu’il vous vole ce n’est pas conforme aux valeurs républicaines qui sont les miennes. La détention d’arme à titre privé c’est dangereux Pour Le reste je comprends parfaitement votre exaspération si vous avez été cambriolé à deux reprises, je comprends parfaitement la peur que peuvent avoir votre femme et votre fille, mais la réponse elle est dans l’efficacité des services de police et de gendarmerie, elle est dans l’efficacité de la réponse judiciaire, elle n’est pas dans la détention d’arme à domicile."
Merci Monsieur le ministre. Cela fait toujours plaisir d’entendre quelqu’un comme vous affirmer qu’il faut faire confiance à la police… cette police qui n’ose plus sortir dans les banlieues que par cars de 100, pour arrêter un môme, coupable d’avoir cassé la voiture de deux agents terrorisés.

Merci, Monsieur le candidat de la droite, d’épouser si facilement les théories de la gauche, selon laquelle l’Etat a seul le monopole de la violence. Merci également d’assimiler le détenteurs d’armes à des membres de milices illégales et de nous demander de réfléchir à tous cela.

Les Français vont certainement réfléchir à vos propos. Ils vont se demander pourquoi vous faites la propagande de Madame Royal…une autre conquête féminine en perspective ? Pour paraphraser (ignoblement) Henri IV : "Ségolène vaut bien une république !".

Un politicien suisse (soi-disant de droite) me demandait récemment si je craignais vraiment que les partis extrémistes, comme les Verts, me privent de mon droit d’être armé. "Ce ne sont pas les "extrémistes" que je crains, ai-je répondu. Ce sont les gens comme vous". J’ai quelques craintes, en entendant Monsieur Sarkozy.

Comme dit l’adage : "Seigneur, gardez-moi de mes amis. Mes ennemis, je m’en charge !"

 

Imprimer cet article

Imprimer