Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes et collectionneurs > La liste de déclassement > Armes proposées pour un classement en catégorie D §g) > Le colt Mle 1900.

Article paru dans la Gazette des Armes n° 468

Le colt Mle 1900.

Projet de liste de déclassement.

dimanche 31 mai 2015

Cet article présente un des items que nous proposons au déclassement. Avant de le lire, il est utile de consulter la page précédente.

Les armes présentées dans cette page font parties de la préhistoire des armes.
Nous souhaitons les faire inclure dans la liste de déclassement du fait de leur intérêt culturel, historique ou scientifique au sens de la loi [2].

Le Colt mle 1900

Ce Colt en calibre .38, conçu par John M. Browning est l’une des premières armes de poing semi automatiques de gros calibre commercialisées à l’aube du vingtième siècle.

La première erreur est de parler de « Colt modèle 1900 ». Cette appellation est une invention de collectionneurs, le nom officiel de l’arme est « .38 Automatic Colt pistol ».
Cela est confirmé par l’auteur américain Douglas G. Sheldon.

Il a distingué les premiers Colt .38 automatiques en trois catégories :

- Les « vrais modèle 1900 » comportant 4274 pistolets fabriqués entre février 1900 et mai 1902, et équipés de glissières entaillées pour le montage de la « hausse-sûreté ». En décembre 1901, la firme abandonne cette hausse-sûreté au fonctionnement peu sûr. L’entaille est obturée en usine par une pièce rapportée. Des armes livrées antérieurement sont retournées en usine par leurs propriétaires pour mise aux normes. Sur ces Colts, la seule date de brevet est celle du 20 avril 1897.

- Les variantes « Sporting » et « Military » de Colts à carcasse sans entaille pour la hausse-sûreté.
Lorsque la réserve de carcasses entaillées pour la hausse-sûreté arrive à épuisement, Colt poursuit la production de son pistolet automatique calibre .38 en dotant désormais ses armes de glissières qui n’ont jamais été usinées pour recevoir la hausse-sûreté.

La fabrication se poursuit sous cette forme au cours de l’année 1902, jusqu’à ce que Colt décide de fabriquer une variante de son arme dotée d’une poignée et d’un chargeur un peu plus longs destinée à être proposée à l’armée américaine.
Afin d’éviter les confusions liées à l’existence de deux versions du même pistolet automatique, Colt baptise les versions à poignée courte et chargeur de sept cartouches « Sporting model » alors que la version à poignée alongée et à chargeur de huit cartouches prend l’appellation de « Military model ».

Ce changement d’appellation intervient alors que la numérotation des pistolets atteint le numéro 5000 (environ). A ce moment, la mention du brevet du 9 septembre 1902 sera ajoutée du côté gauche de la glissière, après celle du brevet de 1897. Cela vaudra à cette variante d’être baptisée « Colt modèle 1902 Sporting » par les collectionneurs.

Par la suite diverses variantes de ces marquages seront utilisées (sur deux lignes, sur trois lignes, etc). Douglas Sheldon estime à 6900 le nombre de « Sporting models » fabriqués entre 1902 et 1907.

 

[1Loi n°2012-304 du 6 mars 2012, notamment l’art 2 qui modifie l’« Art. L. 2331-2. - I du Code de la Sécurité Intérieure.

[2Loi n°2012-304 du 6 mars 2012, notamment l’art 2 qui modifie l’« Art. L. 2331-2. - I du Code de la Sécurité Intérieure.

Imprimer cet article

Imprimer