Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Les tireurs > Fédérations et clubs de tir > Polémique autour de la FFTir > La liberté d’information en question

La liberté d’information en question

mercredi 6 octobre 2010, par UFA

On se souvient qu’en février dernier, les huissiers étaient venus à La Tour du Pin pour savoir comment l’UFA avait été en possession d’une lettre, dans laquelle M. Germont, le président de la FF Tir, demandait au ministère de l’intérieur le classement de certaines armes à air comprimé, le renforcement de la réglementation notamment sur les avis préalables

Cette lettre avait servi à étayer l’article « plus royaliste que le roi » qui dénonçait la volonté du président de la FF Tir de faire passer des armes à air comprimé, sous son contrôle. Cet article qui a eu depuis lors 3.960 visites à fait beaucoup parler de lui.

Depuis les choses sont allées plus loin puisque le même président de la FF Tir a déposé une plainte à propos de la publication de cette lettre soit disant secrète. Véritable enfantillage quand on sait qu’elle a été distribuée a tout le comité directeur en octobre 2009. Aussitôt les photocopieuses ont du fonctionner à plein régime puisque ce document nullement confidentiel a « traîné » à fédération. A tel point qu’a cette époque, nous avons eu connaissance de ce document sous des formes différentes.

Finalement on peut se poser la question de savoir pourquoi M. Germont cherche à étouffer cette correspondance compromettante. Cette chasse aux sorcières serait-elle destinée à occulter une information qui dévoile ses véritables intentions vis à vis du ministère.
La mission de notre site est d’apporter la lumière par l’information. D’où la nécessité de s’interroger sur les raisons pour lesquelles M. Germont veut « cacher » par exemple le pistolet perroquet (n’ayant pas l’apparence d’arme de guerre) sa nouvelle discipline..... sa volonté de contrôler les ’air-softeurs’ ...... de renforcer la réglementation des avis préalables, etc …

En ce qui nous concerne nous agissons pour la défense de la liberté d’information, cela aura coûté deux voyages à Paris, alors que nous avons bien d’autres choses à faire en ce moment….

 

Imprimer cet article

Imprimer