Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes et collectionneurs > La liste de déclassement > Armes proposées pour un classement en catégorie D §g) > Le Pistolet Webley N°1 et N°1MkI Calibre .455 Self Loading (S.L) et modèles (...)

Article paru dans la Gazette des Armes n° 469

Le Pistolet Webley N°1 et N°1MkI Calibre .455 Self Loading (S.L) et modèles en calibres 9mm Browning long et .38 Automatique.

dimanche 31 mai 2015

Cet article présente un des items que nous proposons au déclassement. Avant de le lire, il est utile de consulter la page précédente.

Les armes présentées dans cette page font parties de la préhistoire des armes.
Nous souhaitons les faire inclure dans la liste de déclassement du fait de leur intérêt culturel, historique ou scientifique au sens de la loi [2].

Le Pistolet Webley N°1 et N°1MkI Calibre .455 Self Loading (S.L) et modèles en calibres 9mm Browning long et .38 Automatique.

Cette arme, apparue en 1913 n’a été fabriquée qu’en nombre extrêmement réduit (1259 N°1 et 439 N°1Mk1 Royal Horse Artillery Model au total). Le N°1 fut adopté règlementairement en 1913 par la marine royale britannique (Royal Navy) et le N°1 MkI par l’artillerie à cheval.

Outre sa rareté de nos jours, ce qui justifie à nos yeux le déclassement de cette arme, c’est sa munition, qui n’est plus fabriquée nulle part et dont les composants de rechargement sont introuvables, ainsi que la relative fragilité du ressort-récupérateur en V, qui a tendance à s’amollir avec le temps et ne plus jouer son rôle dans le retour avant de la culasse. Ce ressort est également susceptible de casser et il n’existe plus de pièces de rechange depuis longtemps pour ces modèles.

La cartouche de .45 ACP américaine n’est pas utilisable dans les N°1 et N°1 MkI : trop puissante et de dimensions légèrement différentes de celles de la cartouche britannique de .455 SL, sa percussion et son alimentation en seraient aléatoires.
Les mêmes raisons militent pour le classement en D2 du modèle 1909 en 9mm Browning long, qui n’a été produit qu’à 1694 exemplaires et du modèle 1910 en calibre .38 auto fabriqué à seulement 930 exemplaires

La forme caractéristique de ces pistolets, jointe à la mention du modèle et du calibre, marqués sur la glissière permettent de les distinguer sans la moindre ambiguïté des modèles de poche en calibre 7,65 et 6,35 mm, qui ne sont pas proposés pour un classement en catégorie D2.

 

[1Loi n°2012-304 du 6 mars 2012, notamment l’art 2 qui modifie l’« Art. L. 2331-2. - I du Code de la Sécurité Intérieure.

[2Loi n°2012-304 du 6 mars 2012, notamment l’art 2 qui modifie l’« Art. L. 2331-2. - I du Code de la Sécurité Intérieure.

Imprimer cet article

Imprimer