Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Historique des processus législatifs jusqu’en 2012 > Lettre au Président de la République

Lettre au Président de la République

dimanche 10 juillet 2011, par UFA

Modèle de lettre que des "amateurs d’armes éclairés" pourraient envoyer au Président de la République.

Envoyer par courrier à l’adresse ci dessous, ou l’envoyer directement par mail.

Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Ville et date,

Monsieur le Président,

En mai 2009, devant les principaux acteurs de la sécurité et de la chaîne pénale, vous aviez demandé que soit engagée une réflexion sur les moyens d’améliorer la réglementation des armes.

Mal engagé, le processus législatif devant modifier substantiellement la règlementation, paraît être dans l’impasse et l’administration semble vouloir prendre le pas sur la loi par la voie règlementaire. Dans ces conditions, il y a fort à craindre que le citoyen respectueux des lois en pâtisse plus que les malfaiteurs, notamment si certaines munitions en service dans des armées sont classées en catégorie A, donc interdites à l’acquisition et à la détention. Ces munitions ne sont pourtant pas plus performantes que les munitions de chasse aux grands gibiers utilisées couramment par les tireurs sportifs en France comme ailleurs, et par les chasseurs dans tout le reste de l’Europe.

Cette spécificité française, unique en Europe, d’interdire tous les calibres militaires récents ne paraît pas répondre à un objectif de sécurité publique, mais semble en revanche manifestement nuisible à la défense nationale et à l’économie.

N’est-il pas en effet paradoxal qu’une puissance nucléaire soit dépendante de l’étranger pour approvisionner ses Forces Armées et ses forces de l’ordre en munitions de petits calibres, sachant, aussi, que la qualité de ces importations ne semble pas satisfaire les utilisateurs ? La consommation par les civils de telles munitions pourrait peut-être permettre une production domestique qui améliorerait l’état de notre balance commerciale.

En ce qui concerne le classement des munitions et des réducteurs de sons dans la même catégorie que l’arme correspondante, il ne semble pas pertinent. Ces objets peuvent être le plus souvent utilisés avec des armes longues ou des armes courtes, donc de catégories différentes.

Il est évident qu’une règlementation excessive et tatillonne pénalise les honnêtes citoyens mais n’affecte en rien les hors-la-loi qui n’en ont que faire.

Je vous demande d’intervenir auprès des services de l’État et des parlementaires pour faire adopter une règlementation faisant une distinction toute légitime entre le malfaiteur et l’utilisateur respectueux des lois.
De nombreux pays européens ont adopté une règlementation conforme aux accords internationaux qui préserve la liberté des citoyens et leur donne le droit d’exercer leurs loisirs sans que l’ordre public en soit affecté.

Signature.

Imprimer cet article

Imprimer