Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Historique des processus législatifs jusqu’en 2012 > La propositions de loi du Sénateur César > Un sénateur pour s’occuper exclusivement des collectionneurs

Une nouvelle règlementation

Un sénateur pour s’occuper exclusivement des collectionneurs

"armes de collections et divers matériels de guerre, de collection, toujours classés comme des armes »

lundi 19 juillet 2010, par UFA

Le sénateur de la Gironde Gérard CESAR a été nommé par le décret du 3 août.
Sa mission : « écouter les collectionneurs, écouter l’administration et remettre un rapport pour proposer une modification adaptée de la réglementation des armes de collection. »

JPEG - 25.6 ko
Le sénateur Gérard CESAR vient d’être nommé pour être à l’écoute des collectionneurs

Il s’agit de réactualiser le concept de cette réglementation tout en respectant la légitime sécurité publique.
Cette Mission Parlementaire relève directement de l’autorité conjointe des ministres de l’Intérieur et de la Défense. Il doit remettre un rapport en cours d’étude pour le 1er octobre et sa mission se termine au 1er novembre.

Rappelons que les collectionneurs demandent depuis des années une réactualisation de la date définie il y a 70 ans. De guerre lasse, ils ont participé à l’élaboration d’une proposition de loi déposée par 4 parlementaires le 29 avril. Cette proposition reprend toutes leurs aspirations.
A l’origine cette proposition de loi devait être déposée par un sénateur qui y a renoncé sur la promesse du Ministre de l’Intérieur de « faire quelque chose pour les collectionneurs ». C’est alors que le Groupe de travail est né.
Alors que les collectionneurs ont déposé un épais dossier pour exposer leur demandes en les motivant. Dès le début les services administratifs participant au groupe de travail ont exprimé clairement leur volonté de statu quo en donnant de fausses raisons. Pour nous il a été facile de démontrer la vérité, le groupe de travail a alors choisi de se dessaisir de la réflexion pour la confier à un parlementaire.
C’est aussi une sécurité pour les collectionneurs qui auront peut être un interlocuteur plus neutre que l’administration aux concepts ultra sécuritaire.

Imprimer cet article

Imprimer