Accueil > Armes et collectionneurs > Tirer avec une arme ancienne > Tirer au 8X50R

Tirer au 8X50R

mardi 16 décembre 2014, par Julien LUCOT

En 1884, Paul VIEILLE met au point une nouvelle poudre révolutionnaire, supplantant la poudre noire et ouvrant le développement des munitions modernes. L’invention de Paul VIEILLE découle d’une découverte, le coton poudre (milieu du 19ème siècle). Le résultat obtenu en 1884, une poudre en lamelles ou en paillettes, dont les dimensions auront pour effet de modifier la vivacité de la poudre.

JPEG - 32.3 ko
Les armes sur le pas de tir. De bas en haut, mousqueton Berthier M16, fusil Berthier
1907/15, fusil 1886M93 « LEBEL ».

Entre autre, cette nouvelle poudre « B » présente comme avantages :
- Absence de fumée de combustion (à contrario des tirs de salves PN, pas d’identification des tirs).
- Encrassement considérablement réduit par rapport à la PN, résidus non corrosifs (attention certaines formules d’amorçage au fulminate sont, elles, encore corrosives).
- Régularité de combustion (précision considérablement accrue).
- Réduction des calibres et augmentation des vitesses initiales (progressivité de la poudre).

La genèse, les études et prototypes des premières cartouches doivent à la demande des autorités françaises faire usage le plus possible des machines outils, outillages en service pour produire les munitions destinées aux fusils GRAS, alors réglementaires (11,50X59R). Notons qu’il en sera de même lors de la mise au point de la première arme utilisant cette cartouche, le fusil 1886 puis 1886 M93 dit « LEBEL » qui, dès ses prototypes, fera appel à des composants et des méthodes déjà employés sur le fusil GRAS. Rappelons que le Colonel LEBEL était commandant de l’Ecole Normale de Tir de Chalons, en charge des essais des premières armes du système 1886.

La paternité de la munition est en partie due au Capitaine DESALEUX, rapporteur de la Commission. Les défauts qui seront évoqués ultérieurement sur cette munition sont directement liés à cette « évolution » à partir d’une douille existante et de surcroît chargée à la poudre noire. Les avantages physiques qui auraient pu être mis en œuvre par l’avènement de la poudre B ont été partiellement annulés par cette politique économique.
A noter que pour tirer avec le 8X50R lebel il est indispensable de détenir ces armes légalement. Rappelons que : toutes les armes du système Berthier sont en catégorie C déclarables et que le Lebel 1886/93 est en catégorie D2 libre en collection. Mais par contre les collectionneurs ne peuvent pas légalement se procurer des munitions pour tirer avec. Ils doivent devenir tireur.

Les caractéristiques techniques de cette munition : Diamètre initial à fond de rayures 8,30mm soit 329 millièmes de pouce.

Les problèmes qui surviendront avec la munition sont, comme précédemment évoqué, liés à la réactualisation d’une douille existante et non à la création d’un nouvel étui plus rationnel.

Le culot de notre étui de 8X50R est quasi identique au culot de la douille de 11mm GRAS. Avec la réduction du calibre à 8mm, l’étui présente un dessin étrange (forme de bouteille). Cette forme va dans un avenir proche poser de gros problèmes pour la conception des armes semi-automatiques et automatiques (par exemple la forme demi-lune du chargeur FM1915 CHAUCHAT…). La cartouche est cependant plus courte que ses concurrentes, ce qui, considérant le mode de fonctionnement de notre fusil 1886 M93 (système KROPATSCHEK à magasin tubulaire dans le fût) est un avantage, permettant d’accroître sensiblement la capacité. Notons également que ce mode de chargement dans le fût du fusil impose que les cartouches aient une position oblique dans le magasin pour éviter toute percussion accidentelle de la cartouche précédente (un couvre amorce sera également mis en place sur le culot de la douille pour augmenter la sécurité).

Cette nouvelle cartouche va donner naissance à toute une famille d’armes, qui seront utilisées jusqu’aux évènements d’Algérie et plus tard encore dans certaines unités de Gendarmerie et de Police (les CRS conserveront le mousqueton M1916 jusqu’à la fin des années 80).

Pour ne nommer que les armes les plus fréquentes tirant le 8X50R :

  • Fusil d’infanterie 1886 M93 dit « Lebel ».
  • Fusil d’infanterie 1907 (fusil de tirailleurs).
  • Fusil d’infanterie 1907 modifié 1915 (07/15).
  • Fusil d’infanterie 07/15 modifié 1916 (07/15 M16).
  • Mousquetons 1890 / 1892 / 1892 M16 / M1916 / R35.
  • FSA 1917
  • Armes automatiques, FM 1915 CHAUCHAT, mitrailleuse HOTCHKISS ; St-Etienne.
  • Fusil REMINGTON 1901 modifié (Rolling Block)
  • Fusil GRAS 1866M80 et 1874M80 modifiés.

Outres les évolutions liées aux projectiles, à la charge ou à l’étui, la principale intervention effectuée sur ces armes aura lieu en 1932 avec le rechambrage destiné à l’utilisation de la nouvelle munition modèle 1932 destinée au tir dans les mitrailleuses et dont le collet est légèrement plus fort que sur les cartouches précédentes (d’où le fraisage de la chambre en conséquence et l’apposition sur le tonnerre du marquage N certifiant la transformation.) Il est à signaler que peu d’armes ont échappé à la modification.

Sans vouloir faire un état complet des différentes cartouches produites, les principales évolutions sont les suivantes :

  • Cartouches modèle 1886 : balle en plomb chemisé avec méplat. Culot de la douille plane.
  • Cartouches modèle 1886 M : logement d’amorce et enclume modifiés. Balle en Maillechort, de forme cylindro-ogivale, apparition du couvre amorce.
  • Cartouches modèle 1886 D (1898)  : la balle « D » est l’œuvre du capitaine Desaleux, balle réellement exemplaire. Monolithique en laiton, elle augmente la tension de trajectoire et la capacité balistique. Plus longue que la balle d’origine, la gorge de sertissage n’apparaît qu’en 1905. Sa fabrication se fit par estampage d’un fil de laiton (c’est la balle la plus fréquemment retrouvée sur nos champs de batailles).
  • Cartouches modèle 1886 D AM : modification de l’amorçage et du couvre amorce.
  • Cartouches modèle SFM Md 1917 : fabrication civile d’une balle similaire au modèle « S » allemand (diffusion confidentielle).
  • Cartouches modèle 1923 C : adaptation de la balle SFM 1917 avec une gorge de sertissage et un projectile plus lourd.
  • Cartouches modèle 1932 N : adoption d’une balle plus lourde pour le tir en arme automatique. Nécessite le rechambrage des armes, le collet étant plus fort que sur les cartouches précédentes. La production continuera pendant la Seconde Guerre Mondiale et jusqu’en 1948.
JPEG - 12.2 ko
Cartouche 1886 « D » AM, 2 cartouches M1932, une cartouche à feuillettes, une douille neuve PRVI, une 348W modifiée (non coupée), une 348W avant modification.

D’autres variantes spécialisées seront fabriquées :

  • Balle perforante « P » APX n°4, balle Poignon pour attaque de bouclier…
  • Balle traceuse « T ».
  • Balle incendiaire.
  • Balle sectionnée pour le tir à courte distance.
  • Cartouches à feuillettes pour le tir de grenade VB…

Pour le tireur historique actuel, plusieurs choix sont possibles pour mettre à l’honneur ces armes sur un pas de tir. Notons que les armes en 8X50R étaient encore classées en 1ère catégorie (nécessitant un accord préfectoral) jusqu’au 6 septembre 2013. Depuis la règlementation a changé et les Lebels sont classés comme arme de collection, les Berthiers sont des armes déclarables.
Des variantes en calibre civil 8X348W sont proposées sur le marché, nous n’en parlerons pas, ce calibre étant éloigné de la cartouche initiale et difficilement exploitable. Le choix le plus rationnel étant d’acquérir l’arme en calibre d’origine (meilleurs résultats en cibles, munitions et protocoles de rechargement testés, sauvegarde du patrimoine historique, etc…)

Donc pour les heureux propriétaires d’armes en 8X50R (ou ceux qui souhaitent le devenir) deux problématiques se posent avant le rechargement. Outre le fait de s’assurer que son arme est dans un état de conservation la rendant propre au tir, il va falloir se procurer des douilles et des ogives compatibles avec le diamètre du pas de rayure.

Hormis les balles coulées en alliage de plomb, dans le commerce nous ne trouverons que des projectiles en 8mm avec un diamètre de 8,20mm (323 millièmes de pouce) contre les 8,30mm (329 millièmes de pouce) relevés dans le canon à fond de rayures. Par expérience deux fabricants proposent des projectiles donnant des résultats acceptables :
Sellier & Bellot avec en 8,20mm une FMJ BT de 196grains et une SPCE de 196 grains également.
Partizan qui propose une intéressante 8,20mm FMJ BT Match de 196grains, dont la forme rappelle un peu notre balle « D ». Notons que malgré ce qui est annoncé par le fabriquant, le diamètre des projectiles testés était supérieur à 323 (325 relevé) ; hasard de production ou pas, c’est un point positif pour notre cartouche !

JPEG - 5.1 ko
de gauche à droite, balle modèle 1886M, balle « D" balle coupée pour tir réduit, évolution de
balle « D », balle modèle 1932. Balle Partizan, balle S&B SPCE, balle S&B FMJ.

Pour les étuis trois choix s’offrent à nous :

L’acquisition de douilles neuves. C’est possible depuis quelques mois, la firme Partizan propose en effet régulièrement des étuis boxer dans des calibres militaires obsolètes dont notre 8mm Lebel. Proposés à un tarif très avantageux, ils sont de qualité acceptable, supportant facilement une dizaine de tirs à pleine charge (avec un recuit en moyenne tous les 5 tirs). Mieux vaut cependant ne pas hésiter trop longtemps avant de faire sa commande, les quantités disponibles ne sont pas régulières et les lots s’arrachent. C’est de loin la solution la plus simple, la plus rationnelle et la plus économique. Rappelons que pour commander des munitions il faut remplir des conditions (titulaire d’une licence de tir ou permis de chasser.)

JPEG - 8 ko
Panorama des culots, de gauche à droite 4 culots militaires, le culot de la 8X50R Partizan, 2culots de 348Winchester.

Un autre procédé consiste à transformer des étuis militaires d’époque (couvre amorce et amorçage Berdan) en amorçage boxer. Cette solution peut être considérée comme « limite » mais effectuée par quelqu’un de compétent avec le matériel ad hoc elle donne de bons résultats. Au préalable il faut sélectionner un lot de douilles homogènes et ne présentant aucun défaut (corrosion, usure, déformation…). Le couvre amorce est ensuite percé à l’aide de deux forets recréant ainsi un puits d’amorçage et une cheminée. Cette méthode donne de bons résultats, avec des douilles réutilisables plusieurs fois, j’ai personnellement constaté ces résultats.

JPEG - 24.9 ko
Cartouches rechargées, douilles PRVI, Photo 5bis : culot réglementaire Berdan modifié
ogives PRVI, 2,92grammes de TU5000.

La dernière solution, la plus classique, est la transformation des étuis civils de 348 Winchester. Cette excellente douille nous sert déjà, rappelons-le, à recharger 11mm Gras, Gras de Cadet, 43 espagnol, 8mm Lebel, 8mm portugais, 8 mm autrichien et hongrois, etc… La transformation est simplissime, il suffit après lubrification de passer la douille dans le recalibreur, la douille sera ensuite raccourcie au case trimmer à 50,70mm. La douille obtenue sera recuite (une fois tous le cinq tirs). Le seul point problématique de cette méthode est le diamètre du bourrelet au culot de la douille de 348W plus faible que la 8X50R d’origine, l’extracteur de l’arme devra être en parfait état afin d’extraire la douille de la chambre (mieux vaut conserver une baguette à portée de main). Les douilles de 348Winchester sont de plus en plus difficiles à trouver en armurerie, mieux vaut faire quelques réserves…

JPEG - 5 ko
Culot réglementaire Berdan modifié boxer.

Petite remarque sur les jeux d’outils ; plusieurs fabricants possède le 8X50R dans leur catalogue, RCBS, CHTOOL , LEE. Lee est de loin le jeux d’outils le plus économique et d’un rapport qualité prix imbattable. Il est livré avec son shell holder pour le 8 Lebel, ne pas oublier de commander le shell holder du 348W si l’on reforme ces douilles.

Pour le chargement final, nous utiliserons la Tubal 5000 de la SNPE. Cette poudre semble correspondre parfaitement à notre cartouche, en effet la densité de chargement et la vivacité semblent proches de la poudre d’origine. D’autres poudres sont à exclure, notamment les sphériques type SP7, la forme de la douille entraîne des problèmes de combustion allant même, avec des densités maximales, jusqu’à ne pas s’enflammer !! Sous l’effet de l’amorce la balle se retrouve dans le canon, avec les risques que cela représente. Mieux vaut éviter cette poudre.

JPEG - 11.5 ko
7 balles à 100M au fusil 1886m93
JPEG - 11.3 ko
Densité de chargement 2,92gr TU5000

Les charges de TU5000 varient entre 2,82 grammes et 2,92 grammes. Avec ces charges il n’y a aucun signe de surpression ou de fatigue prématurée de l’étui. Les résultats à 100 mètres sont tout à fait acceptables avec les armes d’infanterie et le mousqueton, les cibles ci-jointes en attestent. Le point d’impact est rarement le point visé avec des armes militaires de ce type, dans le test aucune contre visée n’a été effectuée.

JPEG - 14.8 ko
de gauche à droite, groupements à 100m au Lebel, au Berthier 1907/15 et au mousqueton.

Pour un tireur actuel, la satisfaction d’utiliser ce calibre dans des armes chargées d’Histoire mérite à mon avis d’y consacrer une ou plusieurs autorisations. Sur le marché actuel, peu d’armes sont disponibles en calibre d’origine, beaucoup étant sacrifiées au 8X348W. Le plaisir et l’authenticité sont à ce prix !

Avertissement
Cette étude porte sur des armes dont l’auteur dispose et n’est pas applicable à toute arme de même calibre. Seule la méthode est applicable en fonction de l’état de l’arme et des composants. L’arme dans son intégralité devra être vérifiée par un professionnel. Il en va de même pour le projectile et la charge de poudre.

Imprimer cet article

Imprimer