Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes et collectionneurs > La liste de déclassement > Armes proposées pour un classement en catégorie D §g) > Buffalo Stand » et « le Populaire »,

Article paru dans la Gazette des armes n° 480

Buffalo Stand » et « le Populaire »,

Proposition de liste de déclassement

dimanche 1er novembre 2015, par Erwan

Cet article présente un des items que nous proposons au déclassement. Avant de le lire, il est utile de consulter la page précédente.

Les armes présentées dans cette page font parties de la préhistoire des armes.
Nous souhaitons les faire inclure dans la liste de déclassement du fait de leur intérêt culturel, historique ou scientifique au sens de la loi [2].

JPEG - 15.4 ko
Relevant d’un brevet de 1894 et commercialisé à partir de 1897, le pistolet à un coup « Buffalo » est une arme de catégorie D2.

Entre la fin du 19e siècle et la Seconde Guerre Mondiale, la Manufacture d’Armes et Cycles de Saint-Étienne commercialisa de nombreux pistolets de tir à un coup : certains relèvent de brevets antérieurs à 1900 et sont de fait classés en catégorie D2, comme les pistolets Buffalo, qui apparaissent au catalogue de la société en 1897.

JPEG - 17.4 ko
Le pistolet de tir à un coup « Populaire » fut commercialisé à partir de 1905, afin de mettre à la disposition des tireurs aux revenus modestes une arme moins coûteuse que le Buffalo. Ces armes produites en nombre limité sont aujourd’hui peu courantes et font parties du patrimoine armurier français.

Leur version simplifiée, vendue à plus bas prix à partir de 1905 sous le nom de « Populaire » devrait relever de la catégorie D2 à titre dérogatoire. Ces armes n’ont pas été fabriquées en grand nombre et beaucoup de ces pistolets ont été détruits pendant la Seconde Guerre Mondiale à cause de l’interdiction de la détention d’armes sous peine de mort par l’occupant. Ils ont été placés en vente libre pendant plusieurs années, comme d’autres pistolets à un coup de calibre .22 d’une longueur de plus de 28 cm. Cette disposition libérale avait été abrogée en 1995, à cause de l’importation massive de pistolets cal .22 à un coup de fabrication tchécoslovaque qui a fait craindre aux autorités un détournement de ces armes par la délinquance. Cette mesure a frappé par rebond de nombreux pistolets à un coup ancien, qui n’étaient plus disponibles couramment ni en quantité, qui n’avaient jamais été utilisés de façon délictueuse et ne présentaient aucun danger particulier pour l’ordre public si ce n’est le danger inhérent à toute arme.

 

[1Loi n°2012-304 du 6 mars 2012, notamment l’art 2 qui modifie l’« Art. L. 2331-2. - I du Code de la Sécurité Intérieure.

[2Loi n°2012-304 du 6 mars 2012, notamment l’art 2 qui modifie l’« Art. L. 2331-2. - I du Code de la Sécurité Intérieure.

Imprimer cet article

Imprimer