Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Bavures, saisies et destructions d’armes et d’objets d’art > Les péripéties des demandes de la sous-préfecture du Haut-Rhin > La messe est dite ! Ou les aventures du gentil Sous-Préfet.

La messe est dite ! Ou les aventures du gentil Sous-Préfet.

lundi 25 janvier 2016, par Maître Philippe MULLOT avocat au Barreau de Toulouse

Comme nous l’avions prévu, la réunion avec les autorités de la sous-préfecture s’est terminée sur rien de concret.
Les vieilles associations comme l’UFA ont l’habitude de ces grandes messes, ou l’on se réunit avec les autorités dans une franche ambiance scolaire « je parle, vous écoutez et en citoyens obéissants vous opinez du chef ». Dans ces réunions, la seule chose qui change vraiment c’est la présence ou pas de petits fours et de boissons gazeuses alcoolisées.
Notre courrier de confirmation.

Alors, comme on dit, on a déjà donné ; certes la FFTir ne pouvait pas ne pas être là ; quant aux associations plus jeunes elles auront découvert le manque d’intérêt de ces « happening administratifs » qui ne satisfont que ceux qui les organisent en leur permettant de remplir des pages de rapports indiquant qu’ils ont « fait et bien fait, à la satisfaction mutuelle des présents ».

Le point le plus important c’est que ces réunions permettent d’éviter d’écrire les arguments que l’on expose.

Allez je suis con et taquin, je mets le Sous-Préfet au défi de mettre par écrit ce qui s’est dit afin de pouvoir le produire devant ses chefs et son Ministre (peut être !).
Hé oui par écrit, les paroles s’envolent les écrits restent.

Ce que je pense de cette réunion : on s’est moqué des usagers et de la population.
Jamais en Corse on n’aurait osé se comporter de cette façon !!

Et l’on croit qu’en Alsace-Lorraine on peut !
Laissez-moi vous rappeler ceci : l’Alsace et la Lorraine sont des départements qui ont beaucoup souffert sous la botte allemande et deux fois, beaucoup de français (dont moi) ont perdu des membres de leur famille dans les deux guerres mondiales. Alors un peu de respect vers ces populations que la République, que le gentil Sous-Préfet représente, a abandonnée deux fois.
Et comme il est ancien militaire, qu’il se rappelle que deux fois (1870-1940) devant le front des troupes on a descendu les couleurs et replié le Drapeau.

Notre gentil Sous-Préfet est dans une région où les rues (heureusement débaptisées depuis) ont porté les noms de Kaiser Strasse et Adolf Hitler Strasse, cela ne s’oublie pas. Alors qu’en tant que représentant de la République Française, fonctionnaire de catégorie A, il vienne exposer sa défiance et utiliser des moyens que je ne qualifierai pas ici, je trouve cela un peu fort de café. Dans ces régions, l’Alsace et la Lorraine ont une dette de sang vis-à-vis de la population française, et la République a une dette d’honneur vis-à-vis des Alsaciens et des Lorrains.
Ces Alsaciens que l’on poursuit, en ces heures terribles que vit notre pays.
Ces Alsaciens sur qui on fait porter le doute et l’opprobre, pire le soupçon.

Allons-nous voir ressortir la notion de « mauvais français », un petit effort et nous y serons.

La fonction préfectorale comporte des obligations non écrites qui sont « la compréhension, la délicatesse, la mesure, la capacité à évaluer les conséquences de ses actes » ; quant à l’aptitude à savoir « ouvrir le parapluie » c’est une pure médisance inventée par les chansonniers.

Alors, comme on nous a pris pour ce que nous ne sommes pas, nous allons nous comporter en citoyens républicains bornés.

-  On veut connaître par écrit les articles des textes de loi qui ont été utilisés pour faire ces courriers et on va déranger tout le monde pour cela.
-  On va demander le compte-rendu par écrit de la réunion et le vérifier point par point au niveau légal.
-  On va demander à la DLPAJ (que l’on ne voulait pas déranger) si oui ou non elle a appuyé ces actions et sa position de principe.
-  On va demander à nos appuis du PS de nous aider (députés, sénateurs, etc).
-  Et s’il y a eu dysfonctionnement, on demandera ………...

JPEG - 9.4 ko
Maître Philippe Mullot

Quant aux actions devant les tribunaux, non on ne laissera pas enterrer le dossier.

J’ai personnellement beaucoup de respect pour les Alsaciens et les Lorrains, mon épouse est lorraine et je ne pense pas que l’on puisse les traiter comme cela.

Mais j’ai confiance dans la capacité de Monsieur le Préfet de comprendre la légitime inquiétude de nos camarades tireurs et collectionneurs, et leur souhait de rester strictement dans l’Etat de Droit laïque et Républicain si cher à notre Président.
En effet, l’échange entre le peuple et l’administration ne se conçoit pas hors du strict respect par ces deux parties des textes légaux.

Quant au Sous-Préfet, il a fait une grande messe, c’est un choix. Dans les églises, il y a l’autel ou l’on dit la messe, et dans un coin il y a le confessionnal ou l’on fait pénitence de ses fautes, c’est aussi un choix.

Bonne Chance à tous.


Voir aussi :
- Interrogations sur l’action de la Préfecture du Haut-Rhin
- Le Sous-Préfet de Mulhouse vise les détenteurs de catégorie B4

 

Imprimer cet article

Imprimer