Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes : on parle d’elles, ou elle font parler d’elles > L’outrance coutumière des médias > 20 minutes, l’arme à l’œil

20 minutes, l’arme à l’œil

par UFA

Il y a quelques jours, Manon Aublanc, journaliste à la rédaction de 20 minutes, a contacté l’UFA pour préparer un article sur les armes en France. Cet article a été mis en ligne le 1er juillet 2022.

Jean Pierre Bastié, le vice-président de l’UFA, chargé des contacts avec la presse s’est longuement entretenu avec elle. Il a défendu la position des détenteurs légaux d’armes à feu et a longuement évoqué le traitement inique que faisait subir la presse à ces derniers.

De ces arguments à décharge que reste-t-il dans l’article publié par la journaliste ? Rien, pas un mot, sans doute n’étaient-ils pas dans l’air du temps, trop apaisants pour faire le buzz.

PNG - 527.4 ko
Cliquez sur l’image pour voir l’article de 20 minutes

Alors puisque Manon « des sources » en a oublié quelques-uns, voyons si tout est clair dans ceux qu’elle a mis en avant :
Non Manon, il n’y a pas quatre millions de chasseurs en activité en France. Il y en a moins d’un million et ce chiffre ne cesse de baisser depuis plus de 15 ans.
Non, les collectionneurs ne font pas partie du « reste des 1,5 millions », constitué de professionnels des armes, fabricants, importateurs, armuriers, courtiers. Ils représentent à eux seuls, petits et grands, plusieurs millions d’individus. Un chiffre difficile à appréhender, je vous l’accorde, car par définition les collectionneurs sont discrets.
Pour le reste les exemples cités pour fustiger les amateurs d’armes sont à pleurer. Nous n’en citerons qu’un : l’assassin de l’ancien rugbyman Federico Martin Aramburu était fiché « S ». Comment croire que son arme était détenue légalement ?

Manon, vous nous avez déçu, d’autant plus déçu que lors de l’entretien notre vice-président avait évoqué à plusieurs reprises les lacunes du monde journalistique dans ce domaine, et la rédaction à charge des articles de vos confrères.
Malheureusement vous vous êtes conduite comme le scorpion de la fable. Au milieu de la rivière, vous avez piqué la grenouille. C’était plus fort que vous.

 

Imprimer cet article

Imprimer

Dans la même rubrique