Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes : on parle d’elles, ou elle font parler d’elles > L’outrance coutumière des médias > Médias sans pudeurs !

En marge d’Aurora

Médias sans pudeurs !

lundi 23 juillet 2012, par UFA

A peine les cris des victimes de la tuerie d’Aurora étaient dissipés que les médias, forts de leur parti-pris anti-arme ont tout de suite repris le concert
usuel quand il arrive un évènement de ce genre : "Ceci repose le débat sur la circulation des armes aux USA". Nous aurions voici 10 ans une dérive immédiate sur la détention d’arme en France.

JPEG - 19 ko
C’est un biologiste qui fait de la chimie

Le concert de la presse s’est alors orchestré pour faire d’un évènement "extra-ordinaire" un phénomène général. Il suffit de lire les arguments jetés à même les ondes pour se rendre compte que l’idéologie a tout de suite repris le pas sur la recherche de la vérité.
En effet, si nous regardons l’argument des "6000 munitions", on peut se
dire que le tireur-fou ne pouvait pas les emporter avec lui mais aussi que l’argent consacré à ces munitions ne pouvait plus être utilisé pour acheter
d’autres armes. De plus, cela peut aussi indiquer le côté irrationnel de Holmes si on en avait guère le doute.

Holmes aurait ensuite piégé son appartement de telle façon qu’il visait les forces de l’ordre, mais comment a-t-il eu ce matériel et comment l’a-t-il assemblé.
En effet, il a suivi plutôt des études biologiques et médicales, assembler des IED un peu sophistiquées.
D’après des informations obtenues auprès de la presse américaine, les
fameuses mines disposées à l’entrée de l’appartement étaient réalisées à partir de 2 éléments chimiques se mélangeant pour obtenir une explosion.
Il a sans doute des notions de chimie mais orientée vers la biologie.

On peut aussi se poser la question sur les spectateurs ; même si cela peut être indécent. En effet, si on se replace dans l’évènement, c’est à dire la sortie d’un
film familial à succès attirant des foules de spectateurs dans un espace clos et dont l’usage se fait dans la pénombre ; on peut comprendre la panique, le sauve qui peut de soi et des siens mais étant donné le nombre de spectateurs ; n’y-a-t-il eu personne pour se jeter sur lui, réagir ou simplement résister. De plus, il semble qu’une des armes de Holmes se soit enrayée ; malheureusement, il n’y a eu personne(s) ayant la possibilité et/ou la volonté d’essayer d’utiliser cette opportunité pour le neutraliser.

D’après Stéphane Bourgoin, le spécialiste des tueurs en série et tueurs de masse, Holmes à le profil habituel des tueurs de masse : Inconnu des services de police, pas de casier judiciaire, pas de suivi psychiatrique pour la plupart du temps, une vie solitaire et peu d’activité sociale et un caractère très renfermé. Ce qui les caractérisent, c’est le désir de toute puissance sur les victimes.

En tout cas, nous sommes très loin de l’activité de tir, de la collection et de la chasse. Il s’agit plutôt d’une sorte de voyage dans les tréfonds de la folie humaine.
Que la presse utilise un tel évènement pour mettre en avant son idéologie est une véritable honte pour cette profession. De plus, la génération actuelle des journalistes a accès aux informations du monde entier via le web et les plus gros médias connaissent les divers intervenants de la sécurité et du monde des armes pour avoir accès à des sources d’informations rapides et fiables.

Ceci repose le débat sur l’éthique de la presse...

Est-ce possible en France ?

En France, il est impossible de se procurer des armes librement :
- Au plus simple, il faut un permis de chasser ou licence de tir.
- Il faut aussi un certificat médical comme quoi la santé mentale n’est pas un obstacle à la détention des armes,
- Au pire, il faut une autorisation du Préfet.

Informations complémentaires
- Page de CBS Denver
- Site sur les tueurs en série

 

Imprimer cet article

Imprimer