Accueil > Bourses aux armes, salons - expositions - Annuaires > Les bourses aux armes sombrent avec la Covid 19

Les bourses aux armes sombrent avec la Covid 19

mardi 29 septembre 2020, par Jean Pierre Bastié, Vice Président de l’UFA

Avec plus de 80% des bourses et salons d’armes anciennes annulés depuis le mois de mars, le monde des collectionneurs est à la portion congrue.

Ces manifestations, qui en France rassemblent entre 200 et 2000 personnes suivant leur importance, ont été impactées par différentes mesures mises en place depuis le début du confinement.

JPEG - 2.3 Mo
Jean Pierre Bastié, organisateur de la Bourse de Castre, Vice-Président de l’UFA et délégué régional de l’Occitanie.
Après une semaine de doutes et d’informations contradictoires, la bourse de Castres s’est bien tenue le dimanche 27 septembre 2020. Aucune manifestation ne s’était tenue depuis 6 mois dans un rayon de 300 km. Malgré le contexte, la fréquentation est inférieure de 10 % à celles des années précédentes, ce qui compte tenue de la « grande peur de la COVID » est une baisse tout à fait mineure.

Durant cette période il a fallu tenir compte de la jauge mise en place par le gouvernement. Une jauge qui n’a cessé d’évoluer au gré des évènements laquelle, après l’interdiction des rassemblements publics, est remontée à 5 000 personnes, sans compter quelques exceptions souvent inexpliquées allant au-delà de 10 000 personnes. Il a fallu aussi compter avec la limitation des 100 Kilomètres qui empêchait une partie des exposants de se déplacer.
Une reprise timide a eu lieu au mois d’août, mais de nouvelles contraintes ont mis un terme à l’espoir de voir renaître ces rassemblements lorsque plusieurs manifestations importantes ont été annulées à la toute dernière minute par décision préfectorale.
De nombreux organisateurs qui avaient reporté du printemps à l’automne leurs bourses et salons ont fini par jeter l’éponge face aux difficultés liées à des protocoles sanitaires trop contraignants ou des demandes des municipalités et des préfectures qui exigeaient une assurance spécifique. Une assurance qu’aucune compagnie d’assurance n’a voulu mettre en œuvre compte tenu du caractère imprévisible de l’épidémie.

Des conséquences inévitables

Les conséquences de ces annulations sont multiples. Pour les marchands et plus particulièrement pour ceux qui n’ont pas de site internet pour continuer à travailler, c’est une perte sèche et une activité au point mort.
Pour le marché en soi, c’est une véritable stagnation puisque l‘absence des échanges, qui se font habituellement sur les bourses, a diminué à la fois l’offre et la demande.

PNG - 2.7 Mo
Exposants et visiteurs masqués.

En ce qui concerne les organisateurs qui sont souvent des associations sportives ou culturelles, c’est un cruel manque à gagner qui va mettre en attente, et pour longtemps, de nombreux projets d’investissements.
Pour les collectionneurs enfin, ce moratoire contraint, limite les échanges entre amateurs et les rencontres qui font vivre le monde de la collection.

PNG - 8.2 Mo
Les bourses aux armes autorisées n’échappent pas aux règles de distanciation très drastique, communiquées par les préfectures. (Bourse de Castres.)

Quelques gagnants malgré tout

A toute chose malheur est bon, dit le proverbe. L’absence de manifestations physiques a développé le marché des ventes sur internet et boosté les ventes aux enchères spécialisées qui se sont développées ces derniers mois grâce à un afflux de matériel et aux ventes en « live ».

JPEG - 57.4 ko
Une bourse aux armes antérieure aux règles du Covid !


La COVID [1] va-t-elle réussir là où les pouvoirs publics ont échoué depuis plus de trente ans à mettre un terme aux bourses dédiées aux arts militaires et cynégétiques ?
Certainement pas, mais l’impact sur les marchands spécialisés est important et il risque d’en laisser un certain nombre sur le carreau. Après des épisodes répétés de contraintes réglementaires, souvent mal vécus, l’épidémie de COVID 19 et sa cohorte de restrictions donne bien l’impression que le monde de la collection d’armes est tombé de Charybde en Scylla.

PNG - 5.4 Mo
Mesures Covid : barrière métallique et ruban pour faire respecter la distanciation et le sens de circulation. Cela influe sur le nombre possible d’exposants.
La Bourse de Port-sur-Saône du 27 septembre 2020.
PNG - 4.8 Mo
Le port du masque obligatoire n’arrête pas les amateurs. (Port-sur-Saône)
PNG - 3.6 Mo
Les annonces du Ministère de la santé entraînent l’hésitation des préfectures.
Bourse Militari’Armes du 27 septembre 2020 à Castres.
Lire aussi
- Pour paraître gratuitement dans le calendrier des manifestations.
- Devenir une "Bourse Partenaire".
- janvier 2019 : Les Bourses aux Armes, c’est fini ?
- 2018 : Cas juridique des bourses aux armes en France ? cas pratique.
- 2012 : Bourses aux armes : attention aux vols.
- Belgique 2011 : Quand les fonctionnaires outrepassent la loi.

[1Covid est l’acronyme de corona virus disease

Imprimer cet article

Imprimer