Accueil > Accueil > Belgique : hold-up du Musée de l’Armée autorisé par la cour constitutionnelle

Belgique : hold-up du Musée de l’Armée autorisé par la cour constitutionnelle

lundi 28 janvier 2019


En juin 2017, suite notamment l’action du Mouvement Sauvegarde du Patrimoine national, le gouvernement bruxellois lança une procédure du classement des salles historiques et techniques du Musée Royal de l’Armée. Un peu plus tard, la Direction ad interim du « War Heritage Institute » (WHI) attaquait ce classement devant le Conseil d’Etat.
Il a fallu réagir en tirant plus haut : attaquer la loi qui instaure le WHI. Ça tombe bien car cette loi pourrait être considérée anticonstitutionnelle : au moment de son vote, il n’y avait pas l’accord préalable des régions. Devant la Cour constitutionnelle, le doyen des conservateurs du Musée - Paul Dubrunfaut - a alors courageusement introduit un recours.
Ce 23 janvier 2019, sans avoir dû se plonger au cœur du dossier, la Cour constitutionnelle a rejeté le recours au motif que le conservateur n’avait pas d’intérêt à agir. Ce faisant, la cour protège de manière politique le gouvernement fédéral.
L’arrêt de la Cour constitutionnelle acte tout de même la démarche citoyenne de Monsieur Dubrunfaut. Nous sommes 27.000 signataires à le remercier pour son action.

Nous dénonçons :
1/ le hold-up institutionnalisé du patrimoine belge,
2/ les irrégularités des recours contre le classement des salles historiques et techniques.
Les rumeurs de gaspillage financier de la direction du WHI et des méthodes internes de la direction du WHI vis-à-vis du personnel sont inquiétantes.

Diffusez ce message autour de vous et signez la pétition.
Charles Six
Coordinateur de la pétition


Ci dessous article publié en janvier 2018

Un projet de classement de deux salles du Musée royal de l’Armée

Alertés par des informations inquiétantes sur un démantèlement prochain des salles historiques du Musée Royal de l’Armée (dénommées Salle Historique et Salle Technique), le Comité citoyen Montgomery-Tervueren et l’asbl Art & Héritance ont initié une réflexion sur un possible classement de ces salles créées en 1923 par Louis Leconte dans l’esprit encyclopédique du 19ème siècle. Il s’agit du premier projet de classement concernant une scénographie de musée en Belgique.

Ce projet de classement a été soutenu auprès de la Région Bruxelles-Capitale par l’asbl Pétitions Patrimoine et le Comité Montgomery-Tervueren qui a collecté les signatures de plus de 12.500 pétitionnaires couvrant l’ensemble de la Belgique. Pour sa part, l’asbl Art & Héritance a contribué à la rédaction du dossier de classement et organise la Journée professionnelle et citoyenne, unissant une démarche scientifique conviant des muséologues et des scénographes de niveau international à une perspective participative et citoyenne des publics concernés.

Un musée dans le musée

Les deux salles « jumelles » reflètent bien l’esprit de l’époque précédant la Première Guerre mondiale. La Salle Historique est particulièrement spectaculaire. Il s’agit d’une scénographie muséale dite « immersive » qui plonge le visiteur dans une ambiance très particulière où se trouvent accumulés une série d’objets militaires très variés. Cette profusion d’objets traduit parfaitement la vision d’alors qui consistait à accompagner l’émergence d’un sentiment national ainsi qu’à glorifier l’armée et ses bénévoles armés à l’étranger.

Quant à la Salle Technique, également pensée aussi en fonction de l’architecture intérieure environnante, elle paraît plus sobre et ordonnée : dans le domaine armurier, cette salle consiste en un musée spécialisé de l’évolution de techniques et un musée-école à destination des cadets de l’Ecole royale Militaire, dont l’utilité s’est élargie aux spécialistes étrangers en balistique historique.

Un débat ardu par procédure juridique

Le Musée lui-même avait identifié, dès les années 2000, ces salles comme « chefs d’œuvre » scénographiques de niveau international.

Le 28 avril 2017, le Musée royal de l’Armée, catégorisé comme institution scientifique, a été intégré dans une nouvelle structure, le War Heritage Institute (WHI) sous tutelle du Ministre de la Défense et une nouvelle direction a été désignée. Un recours contre le classement de la Région Bruxelles-Capitale – et la demande des 12.500 pétitionnaires belges - a été introduit auprès du Conseil d’Etat par le nouvel organisme, au motif que les salles Historiques nécessitent d’être modernisées pour s’adapter aux besoins actuels du public et qu’un classement empêcherait cette modernisation.

Ouvrir le débat aux civils et dégager des solutions pour moderniser les salles

Cette Journée d’étude se veut à la fois internationale – afin d’ouvrir le débat, évaluer correctement la valeur intrinsèque de ces salles et les mettre en perspective au niveau mondial - et citoyenne afin que les usagers, qu’ils soient spécialisés ou citoyens « lambda », Belges ou étrangers, puissent s’exprimer, unissant de la sorte le plan scientifique à celui du vécu, de l’expérience des visiteurs et des usagers du musée.