Accueil > Accueil > Danger : tir avec une réplique d’arme ancienne

Danger : tir avec une réplique d’arme ancienne

mercredi 28 avril 2010

Il vient d’y avoir à Cambrais un accident ou une réplique de fusil mle 1777 a explosé lors d’une reconstitution.
Gros drame, le procureur de la république saisie les armes, les journalises écrivent d’énormes bêtises [1] en affirmant que ces armes n’avaient pas été déclarées. Bref une tempête dans un verre d’eau que, peut être nous aurions pu éviter.

Il semble que les fusils soient des reproductions vendues par une société "Armaé" qui commercialise des répliques pour la décoration ou les reconstitutions mais en aucun cas des armes pour le tir.
On peut lire au bas de leur catalogue l’information suivante :

Nos reproductions d’armes à feu sont conformes aux modèles originaux, tant en taille qu’en poids, et les mécanismes sont en parfait état de marche (fermeture du bassinet, batterie trempée et durcie de manière à permettre au silex de produire ses étincelles, armement du chien en deux étapes, déclenchement, queue de culasse vissée à chaud). Le canon est réalisé en acier au carbone [2]. Nous ne sommes cependant pas armuriers, et à ce titre ne sommes pas habilité à vendre des armes à feu fonctionnelles. La lumière de la chambre n’est donc pas percée sur nos reproductions, et il est de ce fait impossible d’enflammer la poudre de la chambre, ni de tirer.

Gardez-vous de tirer avec n’importe quoi qui ressemble à une arme. Une arme ancienne ou une réplique est un objet qui, dans certains cas peut s’avérer dangereux. Son approche doit être abordée avec beaucoup de sérieux. Comme le Canada dry, ce n’est pas parce qu’il y a un canon, une crosse et une platine que c’est véritablement une arme.


[1de cambrais

[2type:BS970 no.080M40