Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes et collectionneurs > La vie des collectionneurs. > Répliques à poudre noire, quand la presse s’emmêle

Répliques à poudre noire, quand la presse s’emmêle

vendredi 26 novembre 2021, par Jean Pierre Bastié, Vice Président de l’UFA

C’est reparti pour un tour, après les attaques tous azimuts sur le tir et les chasseurs, la presse en délire s’attaque désormais à des armes dont la conception remonte au milieu du XIXe siècle et dont le chargement est totalement archaïque.
Pourquoi ? Tout bonnement parce que des individus qui n’ont sans doute jamais fréquenté un club de tir de leur vie jouent les pistoleros sur internet dans des vidéos où s’expriment leurs idées radicales.

JPEG - 84.1 ko
Remington 1858 fabrication Pietta. Sa gravure de luxe en fait un objet de collection.

Faut-il pour autant considérer les répliques d’armes à poudre noire comme des objets dangereux ? Oui aux mains d’un individu déterminé elles peuvent l’être. L’histoire contemporaine nous a prouvée qu’un cutter ou un épluche légume [1] pouvait occasionner de redoutables blessures et qu’un camion de livraison utilisé à des fins criminelles pouvait faucher de nombreuses vies.
Pour autant personne n’a jamais pensé à interdire les outils de bricolage, les ustensiles de cuisine ou les véhicules automobiles.

PNG - 609.3 ko
France inter pointe l’utilisation tout à fait marginale des répliques à poudre noire par les survivalistes.

Un rideau de fumée

Dans sa charge contre l’ultra-droite et les survivalistes, l’article publié par la rédaction de France Inter s’acharne sur les répliques à poudre noire. Mais ce n’est peut-être qu’un rideau de fumée, l’arbre qui cache la forêt. En pointant du doigt les armes à poudre noire, on détourne le regard du vrai problème : les armes de guerre, les vraies, celles qui circulent en toute illégalité dans les cités ou qui dorment dans les caves, en l’attente d’un grand soir qui espérons-le ne viendra jamais.
Si le phénomène survivaliste - en tous cas son volet lié aux armes - a pu éveiller l’attention des pouvoirs publics, ce sujet n’a jamais été évoqué officiellement et aucune information n’a filtré à ce jour dans le sens d’une prise en compte avec ajustement sur le plan réglementaire.

PNG - 1.4 Mo
Cette authentique paire de Colt mle 1860 en coffret vaut une fortune. Et son propriétaire aura des scrupules pour tirer en raison des risques d’usure. Il se tournera bien normalement vers des répliques du commerce.

Une utilisation laborieuse

Les armes à poudre noire sont dans le commerce depuis la fin des années soixante et de par leur utilisation complexe et leur impossibilité à être rechargées rapidement elles n’ont causé aucun trouble à la sécurité publique.

JPEG - 336.7 ko
Nécessaire de tir d’un utilisateur sportif de ces répliques. Rien à voir avec le survivalisme.

Le fait que quelques extrémistes en fassent la promotion sur internet ne change pas leur nature profonde. Ce sont des armes certes, mais de conception ancienne qui n’intéressent réellement aujourd’hui que des tireurs sportifs spécialisés dans cette discipline exigeante.
En cherchant sur le net, il est facile de trouver à argumenter sur tout et n’importe quoi pour faire le buzz.
Alors oui, utilisées de façon mal intentionnée, ces armes peuvent être dangereuses comme un arc ou un lance-pierre, une bouteille ou un rouleau à pâtisserie.
Rappelons toutefois deux choses aux mal pensants et aux journalistes en quête de sensationnel en particulier, si l’achat de ces armes est libre, leur transport (et je ne parle même pas de port) est interdit sans motif légitime et leur usage, en dehors d’un club de tir, est hautement répréhensible.

Coté règlementation

Les répliques sont libres pour les personnes majeures. La directive à voulu ne classer que les répliques « perfectionnées » c’est a dire celles qui ont des accessoires qui les modernises. La France s’en tient au classement en catégorie D§f) pour les «  arme à feu reproduisant à l’identique une arme ayant existé dans sa forme et dans son fonctionnement » Cela exclu les répliques avec des organes de visée qui n’existaient pas à l’époque, et ces nouvelles armes à poudre noire qui sont des inventions du XXIème siècle. C’est une position de sagesse qui satisfait les collectionneurs et l’administration. Il n’est pas question d’y revenir. D’autant plus qu’il y a plutôt une tendance de libéralisation avec la nouvelle doctrine arme ancienne qui va clarifier la définition des armes de collection.

JPEG - 428.3 ko

Pour lutter contre la désinformation et les attaques répétées contre nos sports ou nos passions communes. Ne restez pas passifs : rejoignez des associations de défense d’amateurs d’armes. Le nombre des adhérents et un discours pédagogique sont les seuls arguments à opposer à la désinformation et aux attaques répétées de certains journalistes qui transforment des faits divers en fait de société.

Rel. L- 27/11/21 JJB-29/11/2021

 

[1La Dépêche du 25 novembre 2021 : « il s’interpose dans la dispute d’un couple et reçoit deux coups d’éplucheur à légumes ».

Imprimer cet article

Imprimer

Dans la même rubrique