Accueil > Presse & armes (articles, émissions...) > La Gazette des armes > Articles publiés en 2016 dans la Gazette des Armes > Nostalgie : l’âge d’or de la neutralisation

Article paru dans la Gazette des Armes n° 483 de février 2016

Nostalgie : l’âge d’or de la neutralisation

jeudi 28 janvier 2016

En 1978, la neutralisation des armes par brochage de la chambre a été remplacée par une neutralisation plus sévère et mieux contrôlée effectuée par le Banc d’Epreuve de Saint-Étienne.

La plupart des collectionneurs était dubitatifs en estimant que, désormais massacrées, elles ne présenteraient plus aucun intérêt de collection. En outre, le coût de cette neutralisation n’a pas contribué à sa bonne acceptation ! Pourtant, au cours des années, cette neutralisation a fini par rentrer dans les moeurs.

Lorsque l’on compare les nouvelles règles 2016, la neutralisation « d’avant », gardant les armes extérieurement intactes et permettant leur démontage intégral, laisse le souvenir d’une neutralisation de qualité, dont beaucoup ont aujourd’hui la nostalgie.
Cette neutralisation maîtrisée par les pouvoirs publics a permis l’importation et la mise à disposition des collectionneurs d’une grande variété d’armes des deux guerres mondiales et même plus récentes.

Pendant la même période, les collectionneurs américains, généralement supposés être mieux traités que les nôtres, devaient se résoudre à reconstituer des armes soit-disant « historiques » en remontant des pièces sur des boîtiers factices en aluminium moulé .

Aujourd’hui, la communauté des collectionneurs est révoltée par les règles de neutralisation très destructrices, imposées tout particulièrement aux armes automatiques. Ils se demandent si leur collection présentera encore un intérêt dans l’avenir.

Beaucoup de collectionneurs ne pourront se satisfaire de remplacer leur collection par des répliques en alliage léger. Ce ne seront plus les armes qui ont physiquement participé aux grands événements de l’histoire contemporaine.

Pire encore : le PA Mauser C96 coupable de « dangerosité », deviendra non manoeuvrable et indémontable alors qu’il s’agit quand même d’une relique historique du XIXe. C’est un peu gros !

- Pour retrouver tout l’historique de la neutralisation, consultez cet article écrit en 2001 : Allons-nous vers l’Euro-neutralisation ?



En 2013, nous avions demandé que ces modèles très rares et de grande valeur soient gardés en catégorie D2. L’administration à fait le choix de les exclure. Aujourd’hui où la nouvelle neutralisation bloquerait le mécanisme, nous assistons à la "fuite" de ces raretés vers l’étranger.
 

Imprimer cet article

Imprimer