Accueil > Presse & armes (articles, émissions...) > La Gazette des armes > articles publiés en 2015 dans la Gazette des armes. > En rachetant des pièces sur Internet, on remet en état des Kalach (...)

ARTICLE PARU DANS LA GA N°472 DE FÉVRIER 2015

En rachetant des pièces sur Internet, on remet en état des Kalach !

mardi 27 janvier 2015, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Jérôme Pierrat, journaliste spécialisé dans le grand banditisme, a raconté plein de bêtises sur le Web. Il affirme notamment a propos des Kalach :

« Il existe des copies made in China pour les collectionneurs, démilitarisées, qui peuvent être, en rachetant des pièces sur Internet, remises en état de marche. Et il est difficile de filtrer pour les douanes l’achat de pièces sur le web. On peut acheter ce type de copie pour 300 euros. Pour ce qui est des vraies kalachnikovs, elles s’échangent environ à 3.000 euros.... »

PNG - 37 ko
La Kalachnikov russe type 51 produite en Chine

Comme c’est souvent le cas, cet article est un mélange de genres :
- Pour une armée organisée qui veut du matériel de qualité, les Kalach russes, bulgares, est allemandes, polonaises ou serbes sont le summum mais il s’agit alors d’achats officiels faits en gros, qui se font à des prix bien inférieurs à 3000 € pièce,

- une Kalach « made in China » n’est pas une « copie de sous qualité » : c’est simplement une Kalachnikov fabriquée en Chine ; c’est le fusil d’assaut type 56 règlementaire il y a encore quelques années dans l’armée populaire chinoise. Depuis, les chinois sont passés à des armes plus modernes de petit calibre comme la France l’a fait avec le FAMAS.

- pour quelqu’un qui veut tuer, une Kalach « made in China » vaut largement une Kalach russe. Le fait qu’elle soit un peu moins bien finie, moins précise n’a aucune importance pour ces gens-là, qui tirent simplement quelques chargeurs à bout portant avant d’être abattus par le GIGN.

Une fois neutralisées, ces armes valent toutes dans les 3/400 € quel que soit leur pays d’origine. Quelques AK47 russes des toutes premières fabrications se négocient plus cher mais seuls quelques amateurs très éclairés sont capables de faire la différence.

PNG - 40.3 ko
La Kalachnikov russe AKM 47 AMD

Pour ce qui est de l’achat des pièces sur internet, les pièces de sécurité (culasse, canon) sont quasi introuvables. Il faut soit avoir des filières qui ne sont pas accessibles au commun des mortels, soit avoir un artisan capable de ré-usiner une culasse ou de recharger à la soudure une culasse neutralisée ; ce n’est pas donné à tout le monde et ce genre d’artiste finit en général assez rapidement en cabane, de même que ses clients (cf une affaire récente).

Imprimer cet article

Imprimer