Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Statistiques sur les armes a feu > Statistiques sur la criminalité

Statistiques sur la criminalité

lundi 16 mars 2009, par UFA

On accuse souvent les armes d’être fauteur de trouble. Mais, que disent les statistiques ?
A noter toutefois que le terme vol à main armée, regroupe aussi toutes les infractions commises avec des armes blanches, qui par nature ne sont pas soumises au même régime législatif que les armes à feu. [1]

Rapport de l’Observatoire national de la délinquence 2008,

- Publication des chiffres annuels sur la délinquence 2008.
Les chiffres annuels de la délinquance, dévoilés le 12 décembre, montrent que la délinquance générale a baissé de 3,8 % par rapport à l’année dernière. Le constat est le même pour la délinquance de proximité (-5,8 %) et les atteintes aux biens (-5,8 %). Seules les violences aux personnes ont connu une quasi-stabilité (+ 0,9 %). Le taux d’élucidation des affaires est évalué à 38,2 %, alors qu’il n’était que de 25 % en 2001. La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a annoncé qu’afin d’améliorer ces résultats, s’ajouteront aux mesures déjà engagées - le développement de la police scientifique ou celui de la vidéosurveillance -

  • deux nouveaux projets :
    • la comptabilisation de manière distincte des violences intrafamiliales, responsables de la hausse des violences aux personnes ;
    • le lancement en janvier d’un programme de lutte contre les escroqueries notamment celles commises sur Internet.

- Les site de l’Institut National des Hautes Etudes de laSécurité et de la Justice

- Rapport de la Documentation Française sur l’année 2007,
En dehors de ces années, il n’y a pas d’autres chiffres officiels disponibles !


- Chiffres 2007

- Nouvelle présentation des statistiques en 2006.
- 2006 -
- 2005
- Nouvelle méthode de comptage : 2004
- 1999
- 1999
- 1998
- 1998
- Statistique sur la criminalité : 1997
- Statistiques par type d’infraction : 1997


Commentaires des statistiques officielles

Les chiffres en résumés vols à main armée :

  • entre 1996 et 1997 : -12,02 %
  • entre 1997 et 1998 : -2,35 %
  • entre 1998 et 1999 : -7,22 %

Les autre chiffres des vols violents (sans arme à feu) :

  • entre 1996 et 1997 : +3,10 %
  • entre 1997 et 1998 : +5,52 %
  • entre 1998 et 1999 : +14,75 %

Commentaires officiels du ministère de l’intérieur.

- Entre 1996 et 1997 :

  • Les vols à main armée (commis ou tentés avec des armes à feu) diminuent de - 12,02 %. On note que cette baisse touche aussi bien les attaques contre les établissements financiers et transporteurs de fonds (- 5,59 %) que celles contre les établissements industriels et commerciaux (- 9,91 % ). Elle est plus forte encore s’agissant des vols à main armée commis à l’encontre de particuliers à domicile (- 16,95 %) ou sur la voie publique et autres lieux (- 16,57 %).
  • Les autres vols avec violence (mais sans arme à feu) progressent globalement de + 3,10 %, bien que ceux dirigés contre des établissements financiers, industriels ou commerciaux ainsi que contre les particuliers à leur domicile enregistrent des baisses respectives de - 0,76 % et de - 4,77 %.

- Entre 1997 et 1998 :

  • Les vols à main armée (commis ou tentés avec des armes à feu) diminuent de - 2,35 % (soit - 195 faits). On note que cette baisse touche les attaques contre les établissements financiers et transporteurs de fonds (- 4,67 %), les établissements industriels et commerciaux (- 0,86 % ) ainsi que celles perpétrées sur la voie publique et autres lieux (- 1,63 %). Elle est plus forte encore s’agissant des vols à main armée commis à l’encontre de particuliers à domicile (- 8,61 %).
  • Les autres vols avec violence (mais sans arme à feu) progressent globalement de + 5,52 % (soit + 3 988 faits), bien que ceux dirigés contre des établissements financiers, industriels ou commerciaux enregistrent une baisse de - 12,66 %.
    GIF - 6.3 ko
    Statistiques 1997

- Entre 1998 et 1999 :

  • Les vols à main armée (commis ou tentés avec des armes à feu) ont poursuivi leur diminution : - 7,22 % (soit - 585 faits). On note que cette baisse touche fortement les attaques contre les établissements financiers et transporteurs de fonds (- 12,34 %), contre les établissements industriels et commerciaux (- 8,54 %) ainsi que celles perpétrées sur la voie publique et autres lieux (- 6,15 %). A l’inverse, les vols à main armée à l’encontre de particuliers à domicile ont enregistré une progression de + 8,38 %.
  • Les autres vols avec violence (mais sans arme à feu) ont en revanche progressé globalement de + 14,75 % (soit + 11.241 faits), à raison exclusivement de ceux commis contre des particuliers sur la voie publique ( + 16,49 %, soit 11.742 faits de plus). Ceux dirigés contre des établissements financiers, industriels ou commerciaux sont en baisse ( - 12,06 %) ainsi que ceux commis contre des particuliers à domicile ( - 8,23 %).

Notre commentaire

On peut se poser la question :
Pourquoi désarmer les tireurs sportifs si les vols à main armée diminuent (Il faudrait prouver que des amateurs d’armes y participent) ?
Or après une baisse régulière des agressions armées A DOMICILE, entre 1996 et 1998 elles font un bond de 8,38% entre 1998 et 1999.
Parallèlement, la baisse des attaques non armées à domicile est plus erratique.
Peut-être que le projet de loi a 2 objectifs. Le premier est indiscutablement électoral. Le second serait de diminuer les armes "à domicile" afin de limiter les comportements d’auto-défense qui pourraient apparaître si cette tendance était confirmée et surtout,
venait à être reprise par les médias.
Avec un bon petit reportage alarmiste aux news de 20h00, ils pourraient dire adieu à l’abandon spontané d’armes et pourraient alors apparaître de "vraies" tendances "protectionnistes" au sens violent du terme.

Ceci pourrait expliquer cela !


[1Il est d’ailleurs à noter que la distinction est faite dans l’index du mois de décembre 2008 : INDEX 15 à 19 : vols à main armée, et INDEX 20 à 22 vols avec armes blanche.
Il s’agit là que d’une distinction purement statistique, le vol dit à main armée est prévu à l’article 311 et suivants du Code Pénal, en particulier : art 311-8 du CP.

Imprimer cet article

Imprimer