Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes : on parle d’elles, ou elle font parler d’elles > La violence avec armes à feu > Les jeunes qui <I>pètent</I> les plombs dans les établissements (...)

Les jeunes qui <I>pètent</I> les plombs dans les établissements scolaires

jeudi 15 novembre 2007

Un élément de réflexion à propos des adolescents qui pètent les plombs et se livrent avec drame à des massacres dans leurs établissements scolaires : le phénomène tend à se reproduire d’année en année et c’est fort inquiétant.

Bien évidemment, c’est en premier lieu dramatique pour les victimes et leurs familles et il est impossible de ne pas nous mettre à la place des parents et des proches de ces enfants aussi odieusement massacrés.

JPEG - 5.6 ko
Finlande : il s’était filmé avant le drame

Par ailleurs, comme amateurs d’armes, il est impossible de ne pas songer dans un deuxième temps aux arguments que cela pourraitt donner à ceux qui prônent des régementations plus restrictives. La tendance d’un politique sera toujours de prendre à chaud une décision spectaculaire concernant les armes pour calmer les esprit et produire un effet d’annonce.

Pourtant, il conviendrait de pousser la réflexion un peu plus loin : ce phénomène de massacre à l’arme à feu est relativement récent. Dans des pays comme le nôtre où il traînait un peu partout jusqu’à la fin des années 60 de grandes quantités d’armes plus ou moins oubliées après la fin de la seconde guerre mondiale, il semble qu’il n’y ait jamais eu ce genre de massacre. De même les voies de faits diverses dont sont victimes les adolescents (racket, tabassage, agressions à l’arme blanche) avaient alors un caractère exceptionnel alors qu’elles sont hélas très courantes aujourd’hui.
La responsablité de tout cela n’est donc pas rechercher exclusivement dans l’objet employé (armes ou autres) mais dans ce qui conduit à ce genre d’acte : probablement une perte des repères moraux pour beaucoup de jeunes . On peut en particulier s’interroger sur les effets d’une violence de moins en moins censurée dans l’audiovisiel, sur internet et plus encore dans les jeux vidéo. Tout cela banalise l’extrême violence et le crime.

En effaçant les tabous, on facilite le passage à l’acte.

 

Imprimer cet article

Imprimer