Accueil > Widget > De l’indépendance stratégique de la France

De l’indépendance stratégique de la France

par Jean Pierre Bastié, Vice Président de l’UFA

Depuis une quarantaine d’années, la France a renoncé à toute production nationale en matière d’armement portatif et de munitions de petits calibres.
Portée par l’illusion d’une stabilité militaire en Europe, elle s’est petit à petit éloignée de son Armée, réduite à la portion congrue. Le pays s’est installé insidieusement dans une dépendance majeure de l’étranger pour ses approvisionnements militaires. Une dépendance inquiétante pour sa souveraineté.

Les premiers signaux d’alarmes qui se sont allumés au début de l’épidémie de la COVID 19, absence de masques de protection et de respirateurs, n’ont pas suffi pour faire réellement réagir l’État français. On a beaucoup parlé à l’époque d’indépendance stratégique et de réindustrialisation mais des paroles aux actes il y a un pas que le gouvernement n’a pas su franchir.
Aujourd’hui, la guerre en Ukraine fait planer sur l’Europe la menace d’une crise majeure. Elle souligne de cruelle façon les faiblesses de l’armée française et plus globalement de la plupart des armées européennes.

JPEG - 250.1 ko

En termes d’armement portatif, où en sommes-nous ?

Les nouveaux pistolets semi-automatiques en calibre 9 millimètre sont autrichiens, produits par Glock, les munitions sont tchèques, fabriquées par Sellier-Bellot, et les kits d’entrainement proviennent des États-Unis, fournis par UTM.
Les fusils d’assaut HK416F sont fabriqués par la firme allemande Heckler & Koch, sur la base d’une version améliorée du M4 américain. Quant au fusil de précision FPSA,, il est produit par un consortium d’entreprises belges [1] et allemandes [2].
Les munitions viennent elles toutes de l’étranger. Une grande partie des uniformes est produite au Maroc et les chaussures de combat sont produites en Allemagne et en Croatie.
En matière d’indépendance stratégique, on peut faire mieux, beaucoup mieux. Pour l’heure, les tentatives de réindustrialisation dans le domaine des munitions d’APC [3] ont échoué, malgré les initiatives développées dans ce domaine par Jean-Yves Le Drian lorsqu’il était ministre de la Défense, en 2016-2017.
Espérons que le nouveau gouvernement qui sera nommé dans les jours prochains donnera à nos armées les moyens et l’indépendance matérielle qui lui manquent cruellement en cette période de crise planétaire.

JPEG - 16.8 ko
Fusil d’assaut HK416F.
JPEG - 534.5 ko
FPSA
JPEG - 108.9 ko
Pistolet Automatique Glock

Rel. L- 01/05/22

Voir :
Pourquoi et comment réinvestir dans nos armées ?
 

[1OIP Sensor Systems et FN Herstal

[2Telefunken-Racoms et MEN ;

[3Armes de petits calibres.

Imprimer cet article

Imprimer

Dans la même rubrique