Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > L’actualité du monde > L’Allemagne > Allemagne : classement des armes d’alarme

Allemagne : classement des armes d’alarme

lundi 4 mai 2020, par Michel Bottreau

Il nous paraît important de connaitre comment les Allemands ont classé les armes a blanc de façon très excessive pour des pistolets qui ne tirent pas de projectile.

PNG - 771.8 ko
Trois modèles EM-GE calibre 6mm.

Depuis 1969, l’Allemagne exige que les pistolets d’alarme et les pistolets lance-fusées portent, au moment de leur fabrication, le poinçon « PTB » intégré dans un cercle, démontrant qu’ils ont été examinés et homologués par le « Physikalisch-Technische Bundesanstalt » (Établissement fédéral de technique physique), équivalent à notre BIPM (Bureau International des Poids et Mesures).

Le problème est que les exemplaires fabriqués avant cette date ne portent pas le poinçon PTB et qu’ils ne peuvent en aucun cas le recevoir. De ce fait, tous les exemplaires anciens qui n’ont pas été déclarés (avant le 1er juin 1976), ne peuvent plus être conservés légalement et doivent être détruits.

Ce qui est particulièrement scandaleux, c’est que les Allemands n’ont pas fait d’exception pour les petits pistolets d’alarme de calibre 6 mm à percussion annulaire. Or, ces petits pistolets ne sont en fait que des modèles à « répétition mécanique », c’est à dire que le mécanisme est actionné uniquement par la pression du doigt sur la détente. Il est évident qu’ils ne présentent pourtant aucun danger : leur transformation pour tirer à balle est impossible, même par quelqu’un qui serait très bien outillé.

Du coup, cette législation a causé leur « éradication », du fait que les frais d’enregistrement sont plus élevés que le prix de l’arme sur le marché de la collection. D’autant plus que ces petits pistolets, à quelques très rares exceptions près, n’ont pas de numéro de série. Leur enregistrement nécessitait donc des démarches supplémentaires longues et coûteuses : demande d’attribution d’un numéro de série et envoi du pistolet à l’organisme chargé de graver ce numéro au laser sur toutes les pièces principales.

La conséquence finale est que la collection de ces anciens petits pistolets d’alarme de calibre 6 mm à percussion annulaire a purement et simplement disparu de leur patrie d’origine !
Il ne faut pas qu’il en soit de même en France.

JPEG - 701.9 ko
Röhm modèle RG3
JPEG - 700.2 ko
Mayer & Sohne modèle S
JPEG - 788 ko
EM-GE modèle 6a nickelé
Voir aussi :
- France : Comment classer les armes à blanc, d’alarme ou de spectacle ?

 

Imprimer cet article

Imprimer