Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > L’actualité du monde > L’ONU > Les élucubrations de Small Arms Survey. > Réactions de l’IEACS (Institut Européen des Armes de Chasse et de (...)

Les élucubrations du Small Arms Survey.

Réactions de l’IEACS (Institut Européen des Armes de Chasse et de Sport)

vendredi 18 janvier 2008, par Par Henri Heidebroek Secrétaire Général de l’Institut Européen des Armes de Chasse et de Sport

Essayons de mettre un peu d’ordre dans les différentes données publiées par SAS. Globalement, à l’exception de quelques erreurs, ces données sont acceptables en tant qu’estimation, mais les comptes-rendus sont manifestement orientés et troublants. Ils diabolisent la possession d’armes à feu par les civils quelle qu’en soit la raison. Ils globalisent en mélangeant toujours les armes militaires de petit calibre avec celles que nous utilisons. Bien évidemment, comme les armes de chasse, de tir sportif, de défense et celles équipant les forces de police représentent la majorité de la production actuelle, des échanges internationaux et des stocks, la globalisation a un impact médiatique plus important.

Je ne mets pas en cause les 500 à 639 millions d’armes à feu de par le monde, mais cela est basé sur des recherches effectuées par des experts indépendants (?), chiffres douteux ou estimations reconnues par SAS. De plus cela se réfère aux stocks, estimés globalement, détenus par les gouvernements et les particuliers. J’ai évalué la production mondiale d’arme de chasse et de tir ainsi que celle d’armes de poing depuis 1945, comme étant dans la fourchette de 264 à 280 millions. Les données fiables pour les Etats-Unis d’Amérique et l’Europe donnent un total de 233 millions d’unités produites depuis 1945.

Pour les USA, 238 à 276 millions paraît être une estimation acceptable concernant les armes aux mains des particuliers (en 2000 l’estimation était de 250 millions). Pour l’Union européenne (15 pays), 67 millions aux mains des particuliers paraît possible (en 200 l’estimation était de 50 millions), cela inclut les armes de panoplie [NDT : antiquités], les reproductions, les armes neutralisées ou démilitarisées des deux conflits mondiaux et des autres conflits historiques (3 siècles d’armurerie).

Ensemble, les USA et l’UE pourraient cumuler 300 à 343 millions d’armes essentiellement dédiées à la chasse et au sport. Je ne suis pas surpris par le chiffre de 46 millions de chasseurs et tireurs (34 millions avec double comptage [NdT : si tireur et chasseur]), ce qui donne 7 à 10 armes par utilisateur. Il n’y a pas de conflits armés inter-communautés et nos autorités considèrent que chasseurs et tireurs sportifs ne sont pas une menace pour la sécurité publique. Il est faux de mentionner qu’il y a une ’infinité’ [NdT : dans le sens trop] d’armes par centaine d’habitants (elle sont concentrées dans les mains de quelques uns), mais cela est évidemment alarmant pour l’opinion publique. SAS désinforme et alimente une minorité qui considère qu’une interdiction des armes à feu contribuerait à la paix et à la sécurité publique.

La différence - 296 à 339 millions - pourrait correspondre aux stocks du reste du monde incluant les armes détenues par les états et les particuliers. Je n’ai pas d’idée sur le sujet. Je suppose cependant que la part d’armes militaires de petit calibre pourrait être importante comme les divers comptes-rendus sur ces pays le font apparaître (AK47).
- L’Afrique, l’Amérique du sud et l’Asie sont marginales pour ce qui est de la chasse et du tir sportif.

La plus grande part du commerce avec l’étranger des USA et de l’UE s’effectue entre les deux communautés.
Si l’UE exporte plus que les USA, aucun n’exporte vers les pays sous embargo. Les procédures d’exportation par ces entités sont très strictes. De plus, en Europe, il existe des listes secrètes de destinataires non recommandés pour lesquelles il est impossible d’obtenir une licence d’exportation pour les armes de poing.

Après les USA (79%), le plus grand marché pour l’exportation de l’UE est celui des autres pays européens (essentiellement Bulgarie, Suisse, Norvège et Turquie). Il représente 10%.
Le plus grand marché à l’exportation pour les USA est celui des autres pays du continent américain (40%) parmi lesquels le Canada tient la première place. L’UE vient en seconde place avec 31%.
Dans notre secteur, chaque fabricant sait qu’il doit avoir un pied aux USA et l’autre en Europe, s’il veut survivre. La participation aux salons ou a l’IWA le prouve.

Les stocks mondiaux s’accroissent chaque année de 7 millions d’armes à feu. Ce chiffre inclut probablement les armes militaires. Notre estimation, révisée pour 2000, de la production destinée à la chasse et au tir sportif, armes longues et de poing, est d’environ 6,6 millions. Il est normal que les stocks augmentent : sur le marché des armes il n’y a pas de taux de remplacement comme dans l’automobile. Les personnes gardent leurs vieilles armes.
En fait, depuis 1968, la production annuelle d’armes de chasse et de tir sportif a fluctué entre 5,1 et 7,8 millions. Depuis 1980, la part du reste du monde s’est accrue de façon significative. Nous n’avons aucune donnée sur la production d’armes militaires neuves, mais il est généralement admis que ce secteur est en difficulté du fait de l’énorme quantité d’armes disponibles sur le marché de l’occasion.

En 2000, les données sur les armes à feu neuves de chasse et de tir sportif, incluant celles équipant les forces de police, sont les suivantes (production revues avec la collaboration de l’ANPAM) :

US

- Production : 3.763.345 ;
- Export : 250.091 ;
- Import : 1.395.335 ;
- Marché estimé : 4,909,000 ;
- Nb Chasseurs et Tireurs : 26 millions

EU

- Production : 1.140.840 ;
- Export : 873.319 ;
- Import : 225.863 ;
- Marché estimé : 493.000
- Nb Chasseurs et Tireurs : 8 Millions

Autres :

- Production : 1.664.100 ;
- Export : 858.000 ;
- Import : 360.000 ;
- Marché estimé : 1.166.000
- Nb Chasseurs et Tireurs : 22 millions

La production mondiale des armes de poing est estimée à 2,4 millions.
Approximativement :
- Un américain (chasseur ou tireur) achète une arme neuve tous les 5 ans, un européen tous les 16 ans, dans le reste du monde tous les 20 ans.
- Dans les années soixante-dix le temps de renouvellement était plus court et personne ne parlait de prolifération.
- Les USA sont diabolisés (presque une arme par personne). C’est la première cible, mais impossible à atteindre sous l’Administration actuelle. L’UE est le ventre mou pour mettre en œuvre tous les agissements de l’ONU, mais ... tout est déjà contrôlé. Le poids politique des chasseurs et tireurs n’est pas aussi important qu’aux USA. SAS refourgue des informations pour contribuer à une interdiction totale de toutes les armes et pas seulement sur les armes militaires de petit calibre responsables du vrai problème.

 

Imprimer cet article

Imprimer