Accueil > Presse & armes (articles, émissions...) > Les émissions de radio > Le mensonge : "Vendre ou acheter des armes en Europe ?"

Le mensonge : "Vendre ou acheter des armes en Europe ?"

jeudi 24 mars 2016, par Antoine Bigache

France Inter, ce matin 24 mars à 6h45, la journaliste Catherine Boullay lit sa chronique contre les armes. Et stupeur, pratiquement 100% de ses affirmations sont fausses et sont plus du domaine du bourrage de crâne que de l’information.

- Ecouter la chronique.
- Lire la réaction des auditeurs sur le site de France Inter.

Nous avons envoyé un mail à la rédaction de France Info sans avoir eu de réponse à ce jour.

Bonjour,
Fidèle auditeur de France-Inter, je suis indigné par l’intervention de Mme Catherine Boullay ce jeudi 24 mars.
Ce n’est pas un travail de journaliste, que d’amalgames, de mensonges…

Le texte de la journaliste Catherine Boullay France Inter en noir et commentaires en rouge :

Imaginons que j’achète une arme en Belgique et que je veux la ramener en France, en théorie, il me faut un certificat de propriété et je dois me signaler aux autorités françaises mais si je traverse la frontière en voiture rien ni personne ne m’oblige à le faire.
Comment les douaniers français peuvent savoir quels matériels entrent dans le pays, et bien ils ne le peuvent pas.

On peut « imaginer » n’importe quoi, mais c’est une importation illégale d’arme à feu sévèrement réprimée.

Autre faille, mettons que vous avez acheté une arme il y a un peu plus de 20 ans, mettons en 95, au bout de 20 ans de propriété il n’y a plus de traçabilité. Votre fusil, votre pistolet permet toujours de tuer mais ils sont considérés comme étant de collection.

C’est faux, dans la loi française et européenne, une arme de collection doit être d’un modèle d’avant 1900 et ne pas faire partie d’une longue liste qui exclu de nombreux modèles compte tenu de leur « dangerosité ».

Un exemple après la tuerie de l’école juive de Toulouse en 2012, les enquêteurs se sont rendus chez merah et ils ont trouvé quoi, un pistolet Remington de 1942 et un pistolet mitrailleur fabriqué pendant la seconde guerre mondiale.

Deux armes datant de la seconde guerre mondiale, détenues illégalement : Le pistolet est en catégorie B et ne peux être détenu que par une personne disposant d’une autorisation de détention délivrée par l’état. Le pistolet mitrailleur est en catégorie A. Seule un nombre restreint de personnes appartenant aux forces de l’ordre et dans le cadre de leur mission peuvent les détenir.

Autre exemple en 2015 à Paris, même scénario, chez l’un des tueurs de Charlie Hebdo : On retrouve des fusils d’assauts datant des années 60, des pistolets fabriqués en 42, en 43 en 45 et en 52. Là encore vous voyez l’obligation de déclaration avait touché sa date de péremption.

C’est encore faux, ces armes appartiennent aux catégories A et B (voir plus haut). Il n’y a pas d’obligation de déclaration mais une autorisation de détention délivrée par l’état pour les pistolets de catégorie B et une interdiction de détention pour les armes en catégorie A.

Il n’existe pas de date de péremption !

Un individu qui détient légalement une arme de catégorie B avec une autorisation de détention délivrée par sa préfecture doit renouveler son autorisation tous les trois ans (délai de 5 ans depuis 2013) et pendant toute la durée de la détention de son arme.
Il ne peut la vendre qu’à une personne ayant la même autorisation de détention ou à un armurier possédant une autorisation de commerce d’arme de guerre délivrée par la Direction Générale de l’Armement.

Les détails de la constitution d’un dossier de demande de détention d’armes de catégorie B à déposer en Préfecture sont exposés à la fin de ce texte.

... et sauf qu’une arme n’est pas un bien de consommation comme un autre, même si certaines peuvent être considéré comme inoffensives, moi je peux tout a fait acheter des armes à blanc pour le simple plaisir du bruit que ca va faire mais la encore, revenons un peu plus d’un an en arrière, janvier 2015 : On retrouve quoi chez les terroristes de Charlie Hebdo, deux fusils de ce type. Il a suffit de leur enlever deux goupilles pour que ces armes deviennent mortelles, sans parler des armes qu’on peut se procurer facilement sur internet.

Il ne suffit pas de « retirer deux goupilles » pour transformer une arme à blanc en arme à feu. C’est une opération complexe nécessitant de changer le canon et d’avoir du matériel et des outils hors de la portée du bricoleur. Des journalistes de M6 avaient voulu le démontrer et ils n’y sont pas arrivés.

Il y a quelques mois, vous vous souviendrez peut être, que deux journalistes du Guardian, avaient réussi à se faire livrer des armes de poing et autres joyeusetés par Amazon, tout simplement.

Les armes que l’on trouve facilement sur internet font partie d’un trafic illégal activement traqué par tous les services de Police et Douaniers d’Europe.
Prétendre que l’on peut acheter une arme à feu sur Amazon, en France, est un mensonge.

La semaine dernière, donc le parlement européen, s’est saisi de cette question pour rafraichir cette réglementation européenne au regard des attentats. Indignation des chasseurs, des tireurs sportifs. Indignation des collectionneurs, très soutenu par de nombreux partis de droite notamment des partis de droites originaires des pays de l’Est.

Indignation bien légitime des propriétaires légaux d’armes à feu qui refusent de passer pour des terroristes ou pour leurs fournisseurs.

On mélange tout disent ils, on mélange les terroristes, les amateurs d’armes pacifiques, donc Virginie Roziere qui est députée européenne membre de l’Alliance Progressiste Socialiste et Démocrate qui était présente lors des débats leur a répondu. Écoutez :
"J’entends bien la fiction très confortable que se raconte beaucoup de nos collègues, qui disent que d’un coté il y auraient des armes vendus légalement détenus par des honnêtes gens et de l’autre coté des armes illégales, vendues illégalement à des criminels
malheureusement la réalité est un peu plus compliqué que cela".

... et pour réponse elle a eu droit à un spammage en règle de sa boite mail : Des dizaines et des dizaines de messages par jour envoyés par les lobbys pro-arme.

Il est quand même incroyable de s’étonner de la réaction de citoyens de la part d’un élu du peuple !

... la bataille, on le sent ne fait que commencer.

Pour ceux qui connaissent la règlementation et la réalité, il est inutile d’expliquer la teneur de ces mensonges.
- Voir : les innombrables formalités que doit remplir un tireur pour être autorisé à détenir une arme au titre sportif.

 

Imprimer cet article

Imprimer