Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes : on parle d’elles, ou elle font parler d’elles > Une belle prise de la Marine australienne

Trafic d’armes

Une belle prise de la Marine australienne

mardi 8 mars 2016

Depuis 2011, une force navale internationale : la « Task Force 150 » a été déployée en Océan Indien pour lutter contre les actes de piraterie et les divers trafics illicites (drogue, armes, etc).

JPEG - 62.3 ko
Un scénario classique pour les navires de la Task Force 150 assurant la surveillance maritime en Océan Indien : l’arraisonnement d’un chalutier indien, que l’on voit ici entouré des embarcations rapides des équipes de prise du Darwin.

C’est dans le cadre de cette mission de surveillance que la frégate australienne HMS Darwin a saisi à bord d’un bateau de pêche indien une importante quantité d’armes destinées à la Somalie.

JPEG - 91.7 ko
Une fois les emballages éventrés apparaissent des armes d’un modèle bien connu !

On sait que la drogue produite en Afghanistan traverse l’Océan Indien jusqu’en Afrique Orientale d’où elle remonte ensuite vers l’Europe par l’intermédiaire des mêmes réseaux qui acheminent armes et migrants vers nos régions.
Ainsi les marins qui patrouillent en Océan Indien contribuent-ils directement à la sécurité des pays européens en s’attaquant très en amont aux trafics qui inondent notre sol.

JPEG - 317.3 ko
Le matériel saisi, mis en sûreté à bord du Darwin.

Dans le cas présent, ce sont 2000 fusils d’assaut de type Kalachnikov, 40 fusils mitrailleurs PKM (autre création du célèbre Mihaïl Kalachnikov), 100 lance-roquettes et 20 mortiers qui ont été récupérés par le Darwin : cela paraît autrement sérieux que certaines saisies d’armes opérées chez nous au domicile de collectionneurs, dont les photos ne montrent parfois que quelques armes de catégorie C ou D !

La prise du Darwin illustre une fois de plus l’urgence de protéger nos frontières terrestres et maritimes et l’intérêt que présenterait la création d’un corps de garde-frontières et de garde-côtes de l’espace Schengen. Mais pour cela, il faudrait des moyens, dont l’Union Européenne dispose très certainement, mais surtout une volonté politique dont chaque citoyen européen peut aujourd’hui douter !


Toutes les photos proviennent de la Royal Australian Navy.

 

Imprimer cet article

Imprimer