Accueil > Armes et collectionneurs > La collection de militaria > Les masques à gaz, sont interdits de collection

Gazette des armes, juin 2008, n° 399.

Les masques à gaz, sont interdits de collection

dimanche 8 juin 2008, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Récemment dans une bourse aux armes, un collectionneur me racontait attristé que le brocanteur de son village du Sud Ouest avait eu la visite des gendarmes qui lui avaient fait détruire, sous peine de procès verbal, un masque à gaz de la 1ère Guerre Mondiale. Raison : ce matériel de 3ème catégorie est interdit à la détention et à l’utilisation.

- Juillet 2009 : un député pose une question au gouvernement,

Le principe du masque "anti-gaz" a été inventé en 1799 pour protéger les mineurs des poussières. Avant la Première Guerre Mondiale ce n’est qu’un simple appareil comportant un simple morceau de coton, d’éponges mouillées et deux tuyaux pour récolter l’air près du sol. Cette nouvelle protection devenait indispensable après la bataille d’Ypres et l’utilisation d’une arme nouvelle, le gaz de combat sous forme de chlore gazeux.
L’emploi de multiples formes de gaz de combat a tellement marqué les esprits que, pris de panique, la population française s’est équipée de masques à gaz dans les années 1920-1939 en vue de résister à une éventuelle prochaine guerre ou des gaz de combat seraient utilisés.

Contrôler la qualité !

Les fabricants ont alors produit des quantités de modèles plus ou moins efficaces et qui donnaient l’illusion d’une protection contre des substances de plus en plus complexes et dangereuses.
Pour l’Etat, il fallait éviter que des matériels de mauvaise qualité se retrouvent sur le marché. Tout naturellement le décret de 1939 a classé les masques à gaz en 3ème catégorie, afin d’en surveiller les fabricants et de contrôler la qualité de fabrication. Si c’est dans une intention louable que ce classement a été fait, les services répressifs poursuivent des collectionneurs et ordonnent la destruction de ces matériels. Une fois encore, nous nous insurgeons contre la destruction d’objets totalement inoffensifs et devenus, avec le temps, objet historiques et pièces de collection.
Cela revient à oublier la motivation d’origine de ce classement.


Une belle collection de masques français.

Pour lutter contre le chlore gazeux, les soldats de la 1ere Guerre Mondiale ont commencé par uriner ou mouiller avec un mélange de bicarbonate de soude dilué dans de l’eau des chiffons placés sur leur visage. L’ammoniac contenu dans l’urine réagissait avec le chlore en produisant des chloramines et limitait ainsi les effets du gaz.
Ultérieurement, le coton utilisé dans les masques a été remplacé par du cellucoton, le précurseur du "Kleenex."

Après la 2ème GM, l’arrivée des armes atomiques a forcé les chercheurs à trouver des solutions pour lutter contre les poussières radioactives.

La règlementation actuelle

- Sécurité, les matériels de 3ème catégorie doivent être détenus dans des lieux sécurisés. La conservation desdits matériels doit être
faite dans des conditions ne permettant pas un accès libre. [1]
- l’autorisation est délivrée sous réserve que le demandeur satisfasse à l’obligation de sécurisation du lieu de détention. [2]

Mais dans une circulaire d’application il est précisé : “En ce qui concerne les matériels de 3ème catégorie (protection contre les gaz de combat), seules peuvent les détenir les personnes morales de droit public ou de droit privé, à l’exclusion des personnes physiques." ? Il est donc clair que la détention d’un simple masque à gaz par un simple particulier est interdite. On a détourné une simple mesure de protection du consommateur en interdiction pure et simple, par méconnaissance du sujet ! Cela me rappelle chez Molière Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir !

BMP - 29.3 ko
Voila le type de masque industriel que l’on trouve dans le commerce, capable de résister à une attaque de gaz

Une directive européenne [3] traite de l’utilisation des équipements de protections individuelle (EPI). Elle précise les obligations des employeurs en matière d’évaluation des risques, des sélections des matétils les mieux adaptés, d’attribution et d’entretien des équipements, d’information et de formation des salariés à leur port et utilisation.

Les masques disponibles filtrent les particules, les poussières, les gaz et les vapeurs. Ils sont bien plus efficaces que les “antiquités" ? issues des 2 guerres mondiales et sont, non seulement en vente libre, mais obligatoires dans beaucoup d’entreprise.

Comprenez y quelque chose !


[1Art 55-1 décret du 6 mai 95,

[389/656/CEE du 30 novembre 1989

Imprimer cet article

Imprimer