Comment classer une carabine BUFFALO ?

Ne pas confondre Buffalo et Buffalo !

mercredi 7 août 2019, par Erwan

PNG - 55 ko
Pierre Blachon : ingénieur de grand talent, qui fonda avec Étienne Mimard, la Manufacture d’Armes et Cycles de Saint-Étienne.

Le classement des carabines « Buffalo », est souvent source de contestation. Ce problème est produit par le fait qu’il existe deux générations ds carabines Buffalo et qu’ainsi, les pistes sont brouillées.

La première génération :

Elle est composée d’armes établies d’après les brevets déposés en 1894 par Pierre Blachon : l’un des fondateurs de la Manufacture d’Armes et cycles de Saint Étienne (qui prendra en 1946 le nom de « Manufrance ». Les carabines de cette génération sont classées en catégorie D.

PNG - 362.9 ko
La culasse Buffalo, imaginée par Pierre Blachon et brevetée par ce dernier en 1894, venait coiffer l’arrière du canon pour s’y verrouiller. Elle donne aux carabines Buffalo de première génération un aspect unique et facilement identifiable.

La seconde génération :

PNG - 72.7 ko
Atelier des machines à bois pour la fabrication des crosses de fusil à Saint-Étienne. Equipée de machine modernes, permettant de fabriquer des pièces avec de très faibles tolérances dimensionnelles la Manufacture d’Armes et cycles proposa pendant trois quarts de siècle des produits astucieusement conçus et d’une grande qualité de fabrication, dont une politique commerciale moderne et dynamique assura une large diffusion.

Elle ne comporte que trois carabines, qui commencèrent à être commercialisées en 1960 et qui comportent un mécanisme de culasse totalement différent des culasses conçues par Pierre Blachon. Ces trois armes sont classées en catégorie C.

PNG - 348.3 ko
la beauté de la finition de cette carabine « Buffalo-concours » , permet de comprendre l’engouement des collectionneurs pour cette famille d’armes.

Dans les années soixante, les réserves de pièces détachées héritées de l’avant-guerre arrivèrent à épuisement. En outre, les tireurs, lassés de l’aspect un peu démodé des carabines Buffalo à culasse Blachon, ont commencé à demander des armes d’aspect plus moderne. Manufrance a alors commencé à fabriquer une ligne de trois carabines pour lesquelles elle a conservé l’appellation de « Buffalo », mais qui qui n’avaient plus rien à voir avec les modèles d’avant-guerre et qui étaient ainsi certainement moins coûteuses à fabriquer : les carabines « Buffalo stand », « Buffalo Fédérale » et « Buffalo Match ».

PNG - 50.7 ko
Vue en gros plan de la culasse et des tenons de verrouillage à l’arrière du canon.

C’est à ces trois carabines que Jean Paul Mournétas fait allusion à la page 131 de son ouvrage [1], quand il écrit « A partir de 1960, la société Manufrance va produire différentes carabines, auxquelles elle donnera à nouveau le nom de Buffalo. Mais ces armes n’auront aucun rapport ni de mécanisme, ni de montage avec la géniale Buffalo de Pierre Blachon, pas même de similitude avec l’essence des bois ».
Ces carabines, qui ne sont plus établies selon les brevets de 1894 mais qui font appel à des mécanismes de conception bien plus tardive sont donc classées en catégorie C. L’origine des difficultés de classement vient de ce que Manufrance a repris les noms de carabines Buffalo de la première génération : « Buffalo Stand » et « Buffalo Match »

PNG - 242.5 ko
- Les Carabines « Buffalo stand » de première génération, dont la commercialisation, commencée en 1896 s’arrêta en 1925.
- La merveilleuse carabine Buffalo Match de la première génération, qui fut commercialisée de 1926 à 1939.
PNG - 169.2 ko
- En 1960, la manufacture d’Armes et Cycles de Saint-Étienne, qui avait pris le nom de « Manufrance », commença à commercialiser une nouvelle carabine Buffalo Match (de deuxième génération), dont le mécanisme n’avait plus aucun rapport avec celui qu’avait conçu Pierre Blachon en 1893. Ces carabines de deuxième génération sont classées en catégorie C alors que les « Buffalo Match » de première génération sont en catégorie D. La reprise de l’appellation « Buffalo Match  » pour une arme totalement différente de la première, n’a pas été prévue par le programme du Système Informatique Armes (SIA, qui remplace désormais AGRIPPA), ce qui occasionne des erreurs de classement
- La culasse des Buffalo Match de seconde génération est totalement différente de celle des armes de première génération et aucun armurier professionnel ne peut avoir de doute sur le classement de l’arme au moment de remplir les formulaires de déclaration.
- La carabine « Buffalo Match » au catalogue Manufrance de 1963
En résumé
La plupart des carabines Buffalo ont été fabriquées selon le brevet de Pierre Blachon datant de 1894. Ces armes sont donc classées en catégorie D. Seules les carabines fabriquées tardivement par Manufrance (vers 1960), qui font appel à des mécanismes différents et de conception postérieure sont classées en catégorie C.
C’est au vendeur (ou à l’armurier qui se charge de la déclaration) que revient la responsabilité de déterminer s’il a affaire à une carabine de catégorie C ou D.
PNG - 310.4 ko
- Les carabines « Buffalo Stand » et « Buffalo Match » En reprenant vers 1960 le nom de modèle plus anciens, Manufrance a engendré des problèmes de classement, que personne n’envisageait à cette époque où ces armes de 7ème catégorie étaient vendues librement à toute personne majeure.
- Parmi les trois carabines Buffalo de seconde génération commercialisées à partir de 1960 par Manufrance,
PNG - 168.3 ko
-  Le beau livre que Jean Claude Mournetas a consacré aux carabines Buffalo des première génération : « Les carabines Buffalo de Pierre Blachon ». Contrairement à ce que pensent trop de collectionneurs néophytes : toute l’information n’est pas disponible sur Internet et l’achat d’ouvrages de référence reste une nécessité mais aussi un plaisir ! Lien sur la librairie du Hussard.
-  Un autre ouvrage indispensable au collectionneur intéressé par les armes de la manufacture d’Armes et Cycles de Saint Étienne et de Manufrance : « Le Manufrance du Collectionneur », qui comporte deux tomes : le Tome 1 consacré aux armes de chasse et le tome 2 traitant des armes des tir, de poing et de leurs munitions. Ces deux tomes sont malheureusement épuisés, à chercher d’occasion...

PNG - 180.5 ko
Photos extraites de cet excellent blog d’un collectionneur passionné.

[1Disponible à la librairie des armes.