Le TAR

Pensées d’un tireur aux armes règlementaires « presque heureux »

lundi 29 juillet 2019, par UFA

Certains de mes camarades de stand, pratiquant comme moi le tir aux armes anciennes, se disent frustrés quand ils comparent les armes qu’ils trouvent sur le marché aux merveilles immaculées que montrent des photos de la Gazette des armes. J’avoue que moi aussi, il m’arrive de rester béat d’admiration devant les merveilles qui nous sont parfois montrées.

Mais cette admiration est exempte de toute frustration comme de toute jalousie. Je sais que les armes dont les photos illustrent certains articles ont souvent été photographiées dans des musées ou dans de grandes collections privées.

JPEG - 2.8 Mo
Tir au fusil Lebel aux Jeux Olympiques de Paris en 1900. Soixante dix années passées sous le coup du décret-loi du 16 avril 1939, ont privé plusieurs générations de Français de s’exercer au plaisir sain du tir à l’arme réglementaire. On ne peut que se réjouir de voir aujourd’hui une partie de nos libertés rétablies dans ce domaine. Mais hélas : une partie seulement et dans un contexte d’insécurité juridique permanente : la République aurait-elle perdu confiance en ses citoyens ou envisagerait-elle transformer de les transformer en sujets ?

Dans cet état, elles sont devenues d’un achat presque inaccessible au commun des mortels. Pourtant je suis heureux de les voir, car leur état de conservation parfait, constitue une référence, qui nous permet d’éviter bien des erreurs quand il nous faut restaurer l’une de nos armes.

Les armes dont je dispose ne sont pas parfaites mais leur possession m’apporte néanmoins du plaisir, de même qu’elles me procurent souvent des satisfactions au tir. Alors, je me trouve heureux avec mes armes de surplus. Mon vieux Break Renault ne mérite pas non plus de figurer en photo dans une revue automobile, mas il me transporte confortablement (ainsi que mes armes) pour un prix d’acquisition et d’entretien modérés. Ma chère épouse non plus ne risque pas de se retrouver dénudée en photo pleine page d’une revue « masculine », pas plus que je ne ferai un jour la couverture d’une revue de mode ou d’un magazine culturiste, pourtant nous formons depuis plus de trente ans une solide équipe et l’échange de la chaleur au contact de nos peaux, me protège depuis des années des angoisses de ce monde cruel.

JPEG - 583 ko
Le fusil Lebel modèle 1886-93 une arme pouvant procurer de grandes satisfactions à un tireur, dont le classement en catégorie D a permis à beaucoup de tireurs sportifs de renouer avec une icône nationale.

Je n’ai pas le souvenir d’avoir commis une vilenie qui pèserait sur ma conscience, je m’entends bien avec mes voisins comme avec ma famille, je n’ai pas de dettes et notre modeste maison est aujourd’hui entièrement payée.
Maintenant arrivé à l’âge de la retraite, je n’ai plus à me lever à l’aube par les petits matins sombres d’hiver, ni à me battre contre mon environnement professionnel ou à prouver quoi que ce soit. Pour l’instant, les gros problèmes de santé nous ont encore été épargnés à mon épouse comme à moi. Enfin, nos enfants vivent leur vie et paraissent heureux de leur sort.

JPEG - 563.7 ko
Le Mauser G98, reste encore en catégorie C, car top de carabines de chasse contemporaines utilisent encore son mécanisme, mais quel bonheur de pouvoir le détenir en état d’origine, même au prix d’une déclaration ! Combien de tireurs de la génération précédente ont dû cacher ces souvenirs de famille ou les dénaturer pour pouvoir les détenir ?

Dans le domaine des armes, l’entrée en vigueur de la réglementation de 2013 m’a enfin permis de vivre ma passion pour les fusils réglementaires et de me livrer aux joies du tir avec ces armes particulièrement attachantes, sans avoir à me cacher et sans plus avoir à opérer sur mes armes des modifications de calibres absurdes, pour être autorisé à les détenir. Comme je ne participe plus aux compétitions de TAR, je ne concours plus que contre moi-même, quand je vais au stand de tir. Cette concentration sur ma respiration, ma position et mes organes de visée et le visuel de ma cible constitue un exercice mental proche du Yoga, qui m’apporte un profond apaisement et me laisse envahi d’une grande torpeur en fin de séance.

JPEG - 770.3 ko
Le SMLE Lee-Enfield Mk III ; une arme chargée d’histoire, elle aussi classée en catégorie C, que les plus anciens d’entre nous, ont découvert dans le film-culte « Les Trois Lanciers du Bengale », que la télévision française repassait (en noir et blanc) chaque année vers 1960 à la période des fêtes de Noël.

J’ai donc atteint dans beaucoup de domaines, une sorte de sérénité et je pourrais en somme, presque dire que je suis pleinement heureux... En fin, je pourrais le dire sans réserve si notre administration ne s’obstinait pas en permanence à changer la réglementation, à rogner sournoisement nos libertés et à interdire ce qui était autorisé la veille, alors que chacun sait pertinemment que ces brimades n’augmenteront en aucune mesure la sécurité publique !


C’est pourquoi je remercie l’UFA de défendre les simples français en base comme moi des excès d’une administration toute puissante, afin qu’ils puissent « vivre heureux  »


- Histoire de l’Union des sociétés de tir de France.
- La FF Tir et son histoire. - La page Wikipedia.
- Tirer au 8X50R.