Comment classer un pistolet ou revolver à grenaille ?

dimanche 24 mars 2019, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Une arme de poing à grenaille est une arme qui se charge à l’aide de cartouches contenant des centaines de granules de plomb ainsi que de la poudre.

PNG - 215.2 ko
Exemple d’un Reck qui a été bricolé pour le tir de munition de 22 lr à balle. Le canon a été retubé avec un tube rayé et le barillet adapté pour chambrer la 22 lr. C’est un travail de voyou totalement dans l’illégalité.

La détonation puissante propulse alors ces grenailles de plomb sur la cible en traversant une chicane dans le canon de l’arme.
Ne pas confondre avec les armes à blanc qui n’envoient aucun projectile ou les Soft air qui n’utilisent que des billes en plastique.

Classement

Actuellement, les armes de poing à grenaille sont classées en catégorie B 1°, armes soumises à autorisation préfectorale.

Historique

- Avant le décret du 6 janvier 1993, les armes dites à « grenaille » n’étaient pas distinguées des armes à blanc, de starter ou d’alarme. Mais ce nouveau décret ne surclassait en 4ème catégorie que les « Armes d’alarme à grenaille à percussion annulaire. »

- C’est le décret du 14 février 1994 qui a classé toutes les armes de poing à grenaille en 4ème catégorie, armes de défense. Ce texte avait prévu une période transitoire permettant de déclarer ces armes pour pouvoir continuer de les détenir. Mais ce décret annonçait qu’au bout de trois ans, il faudrait demander une autorisation au titre de la défense. Mais trois ans plus tard, sur ordre, ces autorisations au titre de la défense ont été systématiquement refusées. La spoliation s’est donc faite en deux temps et par « malice ». Le pouvoir de l’époque a peut être craint qu’une « expropriation sèche » prononcée immédiatement, provoque une désobéissance civile, immédiate, massive et délibérée.
C’est avec de tels errements (il y a aussi eu le cas des fusils à pompe en 1998), que l’on s’interroge sur le respect du droit de propriété pourtant garanti par la constitution et la déclaration des droits de l’homme et qu’on ne s’interroge plus sur le peu d’empressement que mettent depuis les français à déclarer ce qu’on veut leur faire déclarer.

JPEG - 10 ko
Sur ces munitions volontairement ouvertes, on voit bien la grenaille de plomb.

Contre mauvaise fortune

Une arme à grenaille est dangereuse et peu efficace. En effet, la portée du tir est courte bien que la détonation soit puissante car le tir est « en cône  ». Ainsi, à plus de 1,5 mètre, il est impossible de mettre un agresseur éventuel hors d’état de nuire. Par contre, la grenaille de plomb peut, dans certains cas, provoquer des blessures très graves bien que non mortelles (œil crevé, défiguration). Ces accidents aux yeux avaient été constatés notamment avec les 9mm Flobert, c’est pour tout cela que ce sont d’abord les versions annulaire qui avaient été interdites.

Voir :
- Lien externe
qui dissuade l’achat de ce genre d’armes.
- Notre article : Comment classer les armes à blanc, d’alarme ou de spectacle.
- Article de décembre 1990 qui prévoyait déjà une règlementation des armes à grenailles.