Trente-cinq ans au service du Musée royal de l’Armée de Bruxelles

Anniversaire de Paul Dubrunfaut

Trente-cinq ans au service du Musée royal de l’Armée de Bruxelles

jeudi 10 octobre 2019, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Dans notre petit monde de l’arme ancienne, tout le monde connaît Paul Dubrunfaut, Conservateur-titulaire des collections d’armes à feu portatives du Musée royal de l’Armée et d’histoire militaire. Mais aussi un militant infatigable pour la défense et la promotion de l’arme ancienne. Aujourd’hui, il a 60 ans et nous voulions lui rendre l’hommage des collectionneurs français.

Nous nous sommes rencontrés il y a 40 ans, alors qu’il n’avait pas encore terminé ses « humanités » [1]. Mais ce qui a été le point d’orgue des relations entre les collections franco-belges que nous représentions, c’est la fameuse liste

Anticonformiste...

Sa simplicité bien réelle, son anticonformisme parfois moqueur, son absence de goût pour toute forme de hiérarchie pesante ou rigide le font aimer de beaucoup, détester cordialement ou sournoisement – tout est toujours affaire de personnalité – par les autres. Il s’impose cependant, au fil des années, grâce à une curiosité et une capacité d’étude incessantes, grâce à son vaste réseau d’amitiés et de contacts, comme le spécialiste le plus savant et en même temps le plus abordable, parmi tous ses collègues historiens travaillant au Musée.
Ce long travail commence au moment de l’incorporation de Paul Dubrunfaut en tant que milicien, qui le voit affecté au Musée grâce à ses premiers travaux dans le domaine de l’arme de collection et sans doute à quelques relations déjà utiles. S’il se fait apprécier très vite du Conservateur en Chef de l’époque, Mr. Edouard-Aimé Jacobs, et de plusieurs de ses collègues, c’est dès ses débuts en tant que collaborateur scientifique que notre jeune chercheur pourra donner sa pleine mesure.

...atypique....

JPEG - 9.2 ko
Alors en conférence, congrès de l’ICOMAN Vienne.

Arrivant souvent en retard mais prêt à quitter le dernier le musée, présent
régulièrement le samedi ou le dimanche, ses vestes en beau tweed, ses chapeaux et ses pipes pareillement culottés, son allure rêveuse, en font un fonctionnaire plutôt atypique, même au sein d’un établissement consacré à l’histoire et au patrimoine culturel. Il est ainsi le premier Attaché à oser les jeans largement déchirés, mode encore à l’honneur aujourd’hui, sur les plus prestigieux podiums….

...historien infatigable...


Mais les défis sont énormes. Il faut vérifier – c’est souvent nécessaire – et poursuivre la nomenclature de dizaines de milliers d’armes à feu légères, rassembler les réserves dispersées dans tout le musée, définir et prendre de meilleures mesures de conservation, poursuivre et développer une politique d’acquisitions et d’échanges, qui devient l’une des plus productives parmi les différentes sections qui constituent l’ Etablissement.

...sauver le (son) musée.

PNG - 133 ko
La salle du XIXe siècle au MRA.

Deux de ses défis personnels, parmi beaucoup d’autres, ont été un combat de longue haleine : créer une magnifique vitrine dédiée aux armes des souverains belges et enfin tout récemment (en juin dernier, juste avant les élections nationales et européennes), faire classer les salles historique et technique du Musée royal de l’Armée, dont la décoration scénographique est celle qui fut décidée et mise en place entre 1923 et 1927 par le premier conservateur, et dont on fêtera le centenaire d’ici 3 ans ! Ce fut un rude combat et, si le gouvernement a cédé, la guerre est toujours en cours : en effet, un 4ème recours a été lancé fin août par la direction ad intérim du War Heritage Institute (qui chapeaute le MRA) contre ce classement ! Surréaliste de la part d’une direction qui devrait préserver son patrimoine que le monde entier salue… Voir notre article.
Parallèlement à ce long travail de spécialiste, aidé par une petite équipe dévouée, Paul Dubrunfaut reste disponible pour tous ses collègues.

Nous lui souhaitons donc, à ce moment important de son existence, longue vie et nouveaux succès.

PNG - 150.5 ko
En 1968, Paul fait déjà de bons "cartons" avec sa carabine Diana.

Paul DUBRUNFAUT Conservateur-titulaire des collections d’armes à feu portatives du Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire.


- Licencié en histoire de l’art et archéologie de l’Université libre de Bruxelles, formé en ethno-histoire de l’Afrique par le Professeur Pierre de Maret qui a été son directeur de mémoire en 1984.

- Après avoir effectué son service militaire au Musée de l’Armée (MRA) et un stage comme secrétaire d’administration au Centre historique de la Défense nationale (CHDN), il sera recruté comme attaché scientifique au MRA en 1989.

- Pendant toute sa carrière, il veillera à préserver les collections du musée sur le site du Cinquantenaire.

- Il organisera au musée une réserve centrale des armes à feu (15000 pièces), augmentera la collection de plus de 5000 pièces,.

- Créera l’atelier d’entretien et de restauration des armes à feu portatives,

- Co-dirige depuis 17 ans, un programme de recherche sur la techno-histoire et balistique des armes réglementaires belges et européennes, en collaboration avec le Professeur Marc Pirlot du département Armes et balistiques de l’École royale militaire (ERM).

- Paul Dubrunfaut s’inscrit dans la lignée des historiens et chercheurs en techno-histoire des armes dont le Docteur Claude Gaïer, ancien directeur du Musée d’Armes de Liège, a été longtemps son modèle.

- Aujourd’hui, il a décidé de consacrer une partie importante de son temps au combat qu’il mène pour la sauvegarde de son institution, de ses collections et de son statut d’établissement scientifique de renommée internationale.

Chut, personne ne doit savoir, c’est un secret !

Paul va prendre sa retraite dans trois ans. Il attend ce moment avec impatience pour pouvoir déployer toute son expérience pour donner des conférences, organiser des stages, publier des études, faire des expertises privées etc... Cette deuxième vie va l’occuper à plein temps, lui qui a horreur du vide. Envoyez lui un mail pour réserver vos places à l’avance.
JPEG - 1.1 Mo
Caricature faite par un collectionneur français, en l’honneur des 60 ans de Paul.
On le voit avec sa carabine de Versailles avec laquelle il avait effectué une démonstration de tir pour la TV bruxelloise à l’occasion du bi-centenaire de la bataille de Waterloo.

Article réalisé avec la complicité, depuis Bruxelles, de Isabelle de Schoutheete et Etienne Reunis.


[1enseignement secondaire en Belgique.