Article paru dans la Gazette des armes n° 522 de septembre 2019

Saisie d’un arsenal chez un collectionneur

Quand les médias font du "chiffre" sur des mensonges !

jeudi 1er août 2019, par Jean-Pierre Bastié

Depuis plusieurs années la presse nous rebat les oreilles avec des saisies d’armes dans l’ensemble de l’hexagone. Pour enfoncer le clou, elle n’hésite pas à qualifier « d’arsenal » la moindre prise, cela quels que soient le nombre et le type d’armes saisies. Les photos présentées par les médias nous laissent parfois perplexes quand elles ne déclenchent pas notre colère.

PNG - 3 Mo
Ce document nous présente le cabinet d’armes de la Bastille à Paris tel qu’il était en 1740, on peut véritablement parler d’arsenal puisque ce sont des séries d’armes identiques.

Avant toute chose, nous tenons à rappeler que tout amateur d’armes doit respecter la règlementation et qu’il est normal que les forces de l’ordre se saisissent d’armes détenues sans autorisation.
Ceci étant dit, de nombreuses « affaires »sont montées en épingle pour renforcer l’impact négatif de ces faits divers sur la population. Par exemple, les photos ne présentent que des armes de catégorie D ou C…
Pourtant, nous allons le voir, il y a arsenal et arsenal…

Un arsenal ou une collection ?

Commençons par une petite leçon de sémantique pour journaliste en mal d’inspiration et de références linguistiques. :
-  Lorsque l’on parle d’arsenal, autant savoir ce que ce terme signifie. Un arsenal, dans le sens premier du terme, désigne un établissement militaire ou encore un lieu pour construire, entretenir et réparer les navires de guerre.
-  Par extension, au fil des siècles, en dehors de toute référence au monde maritime, ce terme s’est étendu aux lieux où sont fabriqués des armes et des munitions.
-  En langage courant, il désigne depuis une grande quantité d’armes.
Précisons que pour parler d’arsenal il faut parler d’armes du même type, faute de quoi pour des armes nombreuses de types différents, le mot le plus adapté est : collection.
Vous l’aurez compris, ce qui importe dans cette définition, c’est la notion de quantité d’armes identiques. Nous y intégrons, dans ce cas particulier, la notion supplémentaire de qualité offensive.

PNG - 805.5 ko
Excellente prise des douanes en juillet dernier . « Affaire » tellement fantastique que le ministre de l’Action et des Comptes public a salué l’opération pour « cette action essentielle en matière de lutte contre les trafics d’armes et de munitions ».
Mais, quand on observe la photo, on découvre d’anciens fusils militaires classés en catégorie C, des pistolets d’alarmes reconnaissables à la forme particulière de leur talon de crosse. Il y a même une pioche ! Pourquoi pas le parapluie du propriétaire ? Après tout, dans les années 70, le coup du parapluie était fréquent chez les barbouses des pays de l’Est…
Il y a aussi des pistolets mitrailleurs, tous différents. Il est vrai que ces PM sont interdits et devraient être neutralisés. Le collectionneur est donc complètement en tort et mérite de subir les foudres de la loi. Mais, parler « d’arsenal et de trafic d’armes » est une exagération et abus de langage. Cela avec la complicité des autorités politiques !
Crédit Photo Douanes françaises.

Une mise en scène ou une mystification ?

Lorsque l’on parcourt la presse de ces dernières années, on s’aperçoit que l’effet de sensation prend largement le pas sur l’objectivité. Quand un journaliste qualifie « d’arsenal » la saisie d’une douzaine ou d’une trentaine d’armes chez un particulier, c’est un abus de langage, Cette exagération n’a pour seul but que de faire vendre du papier, et le lecteur tombe à pieds joints dans le panneau !
En général, l’autorité publique qui a réalisé la « prise fantastique  » met son logo en évidence pour récupérer les honneurs « de cette action d’éclat ». Ainsi, nous découvrons souvent au milieu de fusils de chasse et de carabines de tir, des crosses vides, des carabines à air comprimé, de vieux fusils du XIXème siècle et des pistolets d’alarmes. De ce fait le volume des armes saisies paraît plus important. Le collectionneur va découvrir le manque de professionnalisme du journaliste. Résultat : la manœuvre aura assuré la mise en valeur de l’équipe responsable de la saisie. Les statistiques en auront été gonflées et le lecteur victime d’une mystification délibérée.

PNG - 82.8 ko
Dans cette affaire, la presse relate 300 grenades saisies. On imagine tout de suite le dépôt d’explosifs de terroristes. Seulement les photos communiquées par l’administration présentent des grenades trouvées dans le sol des champs de bataille du Nord de la France des 2 guerres mondiales. Il est évident que rechercher ces vestiges d’explosifs dans la nature est interdit et dangereux. C’est l’œuvre d’un collectionneur imprudent. Mais parler de saisie d’explosifs, même si c’est une réalité technique, il y a exagération puisque cela amène le lecteur à imaginer autre chose qui pourrait mettre en péril l’État. Cela ne fait pas de ce collectionneur « illuminé » un terroriste.
Crédit Photo Douanes françaises.

Une réalité ou une exagération ?

Une fois de plus, nous tenons à dénoncer l’excès qui devient la règle. Tout ce qui touche de près ou de loin au monde des armes est incriminé.
En toute chose il faut raison garder. Les événements qui ont agité le pays depuis la fin de l’année dernière ont bien montrés que le « péquin » moyen ne détient aucun arsenal susceptible de se heurter à l’autorité. L’état de droit n’a donc aucune inquiétude à avoir, même s’il arrive que quelques farfelus dissimulent maladroitement de vieux fusils entre cave et grenier.
Il n’est pas plus normal d’affoler la population avec l’exagération d’articles racoleurs, que de stocker des armes classées sans autorisation.

Combien d’armes de catégorie D dans les saisies ?

Le Plan national de lutte contre les armes illégalement détenues, publié par le Ministère de l’Intérieur en novembre 2015, précise qu’en moyenne 5 000 armes sont saisies tous les ans en France. Combien de ces armes étaient réellement des armes détenues illégalement ? Combien appartenaient à la catégorie D ? Mystère ! Le seul élément auquel nous avons eu accès précise qu’en 2014, sur les 5 300 armes saisies, il n’y avait que 175 armes de guerre [1] ! Comme pour beaucoup de fonctionnaires un fusil Mauser est encore une arme de guerre, on peut légitimement diminuer le nombre d’armes de catégorie A ou B du nombre des armes saisies.

PNG - 49.3 ko
Jean Pierre Bastié
Un expert judiciaire raconte qu’un jour il a été convoqué pour faire une expertise d’une importante saisie d’armes. Lorsqu’il arrive dans la pièce, les armes sont étalées sur des tables. Le logo de la compagnie est bien en évidence. Il ne lui faut que quelques instants pour découvrir qu’il ne s’agit que d’armes « paint ball ». Elles tirent les billes plastiques jaunes et, bien entendu, sont libres. D’abord incrédule, le responsable de la saisie en aurait pleuré : il voyait son avancement s’envoler…

Nous tenons à remercier Jean Pierre Bastié à qui nous devons l’essentiel de cet article. Il fait partie du bureau de l’UFA et est appelé à prendre des responsabilités.


[1Chiffres donné par le document du Ministère de l’Intérieur.