Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > L’actualité du monde > La Belgique > Les tribulations d’une nouvelle loi ! > Mensonge, désinformation et manipulation de données !

Suite à la nouvelle loi

Mensonge, désinformation et manipulation de données !

Le GRIP et son Bilan

samedi 10 novembre 2007, par Daniel BEETS Vice-Président de Défense Active des Amateurs d’Armes ASBL

Pour un auditoire de personnes ou de politiciens ignorant les faits et les réalités, les propos du GRIP pourraient sembler contenir des vérités et une certaine logique.

Surtout que le « lobby des armes » est présenté sournoisement comme un groupe de personnes dénuées de bon sens et de responsabilité qui par ses actions mettrait en danger la sécurité publique et familiale.

C’est là la force de la propagande et de la désinformation.

Notre association Asbl Défense Active des Amateurs d’Armes a étudié point par point comment les faits, la vérité et la réalité sont systématiquement déformés afin de créer une fausse image de la réalité et de préparer de cette manière un sol fertile pour l’instauration de lois inutiles, spoliatrices et liberticides.

La loi sur les armes a été adoptée dans la précipitation sous l’effet d’un évènement médiatique :
D’après le GRIP ce serait faux car la proposition existait déjà depuis 2002 et aurait été longuement examinée. La finalisation n’aurait été accélérée que par le drame à Anvers.

La réalité et la vérité sont toutes autres : depuis toutes ces années le gouvernement (lisez : le ministère de la justice) ne voulait rien entendre des propositions du secteur et a ignoré les propositions constructives, repoussant de la sorte le débat réel sur les problèmes contenus dans la proposition de cette loi et les difficultés relevées dans une application envisagée sans modifications. L’impression grandissait tant qu’au fil des années, le ministère de la justice et certains politiciens semblaient attendre « quelque chose ».
Cette chose est arrivée à Anvers. Immédiatement certains politiciens (principalement du PS et du Spa-SPIRIT) et une partie des média ont excité l’opinion publique jusqu’à l’hystérie, tout en étouffant les réactions des représentants du secteur. Jamais une proposition de loi n’a été traitée de la sorte. En quelques jours et sans débats (le sénat n’a même pas évoqué le texte approuvé par la chambre) :
-  750.000 personnes ont été ignorées.
-  Une grande partie des 20.000 emplois dans le secteur ont été mis en danger.
-  Le droit de la propriété a été remis en question, via un « système » contournant les règles de l’expropriation.
-  Le débat parlementaire a été ignoré, bafouant ainsi un principe constitutionnel.
-  La possibilité d’amender le projet a été ignorée, sauf pour prendre des mesures encore plus restrictives (la période dite « suspecte »).
-  Les députés ont été mis sous pression afin de surtout ne pas s’opposer à ce projet qui est l’exemple même de mauvaise gestion.

La loi vise les honnêtes gens et les confonds avec les criminels :
Le GRIP : « Aucune stipulation de la loi ne permet de déduire une telle affirmation ».
Alors pourquoi n’y a-t-il jamais eu d’études ni de statistiques sur l’utilisation d’armes illégales dans des faits criminels et a-t-on systématiquement manipulé les chiffres globaux reprenant aussi bien les faits criminels avec armes illégales (95%, d’après nos observations) et les quelques rares faits (1%) avec des armes légales chez des particuliers. [1]

Pourquoi fait-on faussement croire au public que la sécurité augmentera alors que cette loi ne touche que le commerce et la détention légale et qu’il est déjà certain que ce n’est pas de là que vient la source d’insécurité, ni de criminalité ?
Pourquoi les détenteurs d’armes non déclarées mais sans aucune action criminelle sont-ils condamnés à des peines égales à un hold-up à main armée (1 à 5 ans de prison) ? De plus, les criminels ayant été pris sur des faits criminels n’auront aucune augmentation de leur peine si des armes sont trouvées lors de perquisitions chez eux si la peine pour leur délit est supérieure à la peine prévue pour la détention illégale d’armes à cause de l’impossibilité d’accumulation de délits pour la sanction.

La lettre de la loi ne confond pas les honnêtes gens et les criminels mais tout le contexte et la motivation pour l’instauration de cette loi ont fait l’amalgame continuellement.

Il était inutile de changer les conditions de la loi de 1991 qui allait déjà très loin :
Ici le mensonge du GRIP est flagrant pour ceux qui ne s’y connaissent pas !
La seule règle non-conforme avec la norme était la possibilité de détention d’armes automatiques. La norme européenne n’oblige pas l’enregistrement des armes des catégories C et D ce qui était bien le cas en Belgique. Les armes à poudre noire étaient même soumises à autorisation pour les armes de poing. Toutes les armes entrant en Belgique chez les armuriers sont répertoriées dans leurs registres. Le mauvais fonctionnement du Registre Central des Armes n’est pas dû à une mauvaise loi sur les armes mais bien à un mauvais fonctionnement de l’administration et ne justifie donc pas des restrictions chez les particuliers.
La traçabilité a toujours été possible dans le système existant s’il avait été bien organisé. Chaque arme moderne, a un numéro qui permet l’enregistrement au RCA. Les rares armes anciennes qui n’auraient pas de numéro pourraient être facilement numérotées [2]
Le système actuel résultant de la mise en place de la nouvelle loi est tout simplement chaotique et mettra des années à être mis en ordre. Cette nouvelle loi ne change rien au désordre existant.

Pourquoi interdire la vente libre des armes, ce sont les gens qui tuent et non les armes ?
Le GRIP : « Le rôle des armes en tant que moyen dans la criminalité et les conflits ainsi que dans les homicides et les suicides est bien connu. Les armes à feu sont de loin l’outil privilégié des crimes. »

Alors là l’amalgame entre les criminels et les honnêtes gens est une fois de plus au plus complet :

1% des morts par armes légalement détenues, suicides compris, contre 95% de morts par armes illégales (4 %de morts par armes détenues par les forces de l’ordre et donc en dehors du cadre de la loi sur les armes) ne peuvent pas justifier la loi liberticide et spoliatrice mise en place actuellement contre les gens honnêtes.
-  La détention d’armes légales n’a aucune influence sur le nombre de suicides. Au Japon, les armes sont quasiment toutes interdites, pourtant ce pays compte le nombre le plus élevé de suicides du monde (bien que les chiffres qui commencent à sortir de la Russie montrent que ce pays - où les armes chez les particuliers sont également interdites - pourrait dépasser le Japon pour le nombre des suicides et également les Etats-Unis pour les homicides) Même en Belgique, avec ces lois très strictes, le nombre de suicides est pratiquement du double des Etats-Unis.
-  L’étude de l’avocat Vermassen n’est que le résultat de ses propres cas qu’il a plaidés devant les tribunaux. A part le récit de ses propres expériences, cette étude n’a aucune valeur statistique. Les statistiques dans les pays limitrophes démontrent que les chiffres sont tout à fait différents. La Belgique refuse de faire des statistiques précises à ce sujet (de peur des réalités qui en sortiraient ??), ce qui offre la possibilité de toutes les déclarations (mensongères) possible, comme c’est le cas avec le GRIP, qui ne s’empêche pas de diffuser des mensonges au frais du contribuable qui aide à subsidier ce groupe dit de « recherche » !!

Le GRIP : « La nouvelle loi interdit la vente libre des armes à feu et s’inscrit avant tout dans le principe de « la prévention d’abord » et non de « la sanction après »

Si le grip est tellement concerné par la sécurité préventive alors pourquoi ne milite-t-il pas pour la réclusion à perpétuité des criminels multirécidivistes qui mettent la vie et la sécurité publique en danger chaque fois qu’ils sont relâchés ? Car c’est là le seul facteur d’insécurité dans notre société.
Et comment se fait-il que les matches de football ne sont alors pas interdits vu la violence continuelle qui en résulte ?

Et alors pourquoi le GRIP ne fait pas refuser les jeux vidéo violents qui ont inspirés et incités presque TOUS les criminels de violences gratuites ou dirigées contre certains groupes de personnes, comme reprises dans ces jeux odieux ?

Pour le reste le secteur des armes lui-même avait déjà formulé une proposition pour éviter les achats impulsifs en proposant l’instauration d’une demande de certificat de bonne vie et mœurs préalable à tout achat d’armes.
Bien que fondamentalement le problème ne se trouve pas dans la vente libre des armes comme le démontre très bien la situation suisse ou norvégienne.

D’ailleurs, le nombre annuel de meurtres à New-York (10 millions d’habitants) est le même qu’en Belgique, soit entre 900 et 1000 par an, avec ou sans armes à feu. Avec ou sans lois restrictives.

Oser généraliser les affirmations d’UN armurier à tout le secteur, sans vérification sur le terrain, relève d’une malhonnêteté intellectuelle très grave pour une association qui se dit groupe de RECHERCHE. La recherche semble être vite faite !!

La loi ne vise pas le commerce en noir et les trafiquants d’armes :

La loi précédente donnait déjà toutes les possibilités de poursuites pour la lutte du trafic d’armes. La nouvelle loi ne réduit que la possession d’armes chez les gens honnêtes possédant déjà et toujours un certificat de bonne vie et mœurs et ne touche pas plus qu’avant le commerce international entre états qui lui, est la véritable source du trafic noir des armes dans le monde (à ne pas oublier non plus les vols réguliers dans les commissariats de police mal protégés par manque de financement par le gouvernement)

A part quelques rares exceptions, qui doivent bien évidemment être sanctionnées sévèrement, le trafic illégal ne découle pas de la possession légale d’armes chez les particuliers.

La loi est un fiasco car seules 162.000 armes ont été déclarées :
Le GRIP : Faux. Ce chiffre n’est pas négligeable et vient s’ajouter aux 800.000 armes déjà enregistrées au RCA.
Une fois de plus le GRIP fait l’amalgame entre les armes déclarées et non déclarées car ce chiffre publié reprend l’ENSEMBLE de toutes les armes. Comme par hasard, tout à coup le GRIP n’avance plus le chiffre de DEUX MILLIONS D’ARMES en Belgique. Le chiffre de 162.000 armes ne comprend que quelques milliers d’armes non-déclarées (pour la plupart des armes rouillées dans des greniers et retrouvées). La plupart des armes déclarées sont des armes en possession de tireurs, chasseurs et autres personnes honnêtes et respectueuses de la loi précédente.
Jusqu’à présent AUCUN TRUAND n’a rentré une arme illégale !

La loi est inapplicable, il faudra de toute façon la modifier :
Le GRIP : Faux.
La réalité : pour appliquer la lettre de la loi, il faudra augmenter les effectifs de la police de minimum 10% à temps plein pour assurer le suivi des renouvellement, les contrôles et l’encodage des mouvements dans l’historiques des transferts de détention des armes légales chez les honnêtes gens engageant des millions d’euros au détriment de la répression de la criminalité et des millions d’euros au détriment de la sécurité sociale pour des certificats médicaux inutiles.
L’impossibilité de garder les armes après l’activité pratique des armes dans les différents statuts ainsi que l’impossibilité de transmission d’un patrimoine parfois s’étalant sur plusieurs générations est une insulte contre tous les artisans Belges mondialement reconnus, contre le droit fondamental de la transmission de la propriété de biens, et de patrimoine historique familial. Cela équivaut le bombardement des statues bouddhistes en Afghanistan par des barbares talibans, mondialement condamnés par la communauté civilisée.

Le conseil consultatif des armes est une farce : le président de ce conseil, actuellement monsieur IDE, un simple fonctionnaire du ministère de la justice, a déclaré lors de la première séance qu’il ne tiendrait pas compte des avis « s’ils ne lui plaisaient pas ». D’ailleurs ce conseil ne sera que « consultatif », donc sans aucun pouvoir de décision effective lors de changements importants revus par l’un ou l’autre fonctionnaire ou ministre liberticide.

S’appuyer sur les faits.

Le comble de la malhonnêteté et de l’hypocrisie de ce groupe GRIP est qu’il oserait suggérer que nous ne nous appuyons pas sur des faits.
Le rapport des faits et des réalités énumérés ci-dessus ne sont qu’un début pourtant déjà plus que suffisant pour démontrer que le GRIP n’est qu’un groupe de menteurs, de manipulateurs et de déformateurs de données dans le but de créer des opinions voulues et dirigées d’après un agenda qui semble caché car il n’est pas possible que des manipulations pareilles ne soient déployées sans qu’il n’y ait quelque part une raison qui nous échappe.

Cette raison n’est, vu l’ampleur des mensonges et la direction dans laquelle ils sont lancés, certainement pas dans l’avantage des gens honnêtes.

Pour le pourquoi, nous n’avons pas encore de réponse, mais il est très inquiétant que ces mensonges, ces insinuations et ces manipulations soient prises comme base de fond pour faire des lois contre la population honnête sans que les groupes (ces « lobbys » !!) des victimes de ces manipulations n’aient la possibilité d’être écoutés par le législateur.

Nous espérons un geste fort de la part du gouvernement pour prouver qu’ils ne sont à la recherche que de la vérité et nous nous tenons, bien sûr à la disposition de toute personne qui cherche des preuves réalistes, vérifiées et officielles qui sont en notre possession et qui soutiennent nos propos.

La presse et les médias ont certainement une tâche à accomplir de vérifier de manière critique toutes les informations sortantes de ce groupe mensonger, inutile et parasitaire de notre démocratie, aussi bien d’ailleurs que les informations que nous opposons aux leurs.

Nous nous tenons d’ailleurs toujours à la disposition pour fournir nos sources sur lesquelles nous nous basons.

Daniel BEETS
Vice président de l’Asbl DAAA
Chemin d’Ouderghem 41, 1970 WEZEMBEEK-OPPEM
Gsm : 0498/54.54.55
E-MAIL

 

[1Mr Bernard Adam du GRIP a même reconnu que la majeure partie des victimes tombaient sous le feu d’armes illégales.

[2excepté les armes des truands où le numéro a été lime, bien sûr

Imprimer cet article

Imprimer