Accueil > Presse & armes (articles, émissions...) > La Gazette des armes > Articles Gazette publiés en 2011 > Un collectionneur victime du délit de sale gueule !

Gazette des armes n° 435, octobre 2011

Un collectionneur victime du délit de sale gueule !

dimanche 18 septembre 2011, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Les collectionneurs Rhône-Alpes ont été scandalisés par les gros titres des journaux et l’information sur FR3 régional de début septembre : « Des centaines d’armes découvertes chez un retraité ». A croire que l’on avait découvert un trafiquant. Mais pour une fois les journalistes ont bien fait leur travail en rapportant la réalité de l’affaire.

Il s’agit simplement d’un octogénaire victime de malaise dans son appartement du 2ème arrondissement de Lyon. Les pompiers venus le secourir sont tombés sur « un énorme stock d’armes". Ils ont fait appel aux démineurs pour évacuer en toute sécurité cette collection, pas si secrète dans le quartier. Bouclage du quartier pour ne faire courir aucun risque aux riverains » etc...

Les voisins interviewés sont unanimes pour dire que ce « papy » est adorable et serviable. Tout le monde dans le quartier connaissait sa marotte : la collection d’armes depuis 60 ans. Ses proches hésitent même à lui annoncer que sa collection a été « déménagée » ayant peur que le choc psychologique soit nuisible à sa santé. Même le Préfet délégué à la sécurité dans le Rhône dit « Il n’avait pas d’intention terroriste, c’est un passionné. Mais il possédait des armes soumises à autorisation et le Procureur de la République devrait poursuivre ! ».

Ce qui choque

Quand j’ai regardé la présentation de l’évènement faite par FR3, j’ai été scandalisé de la manière dont les armes ont été évacuées : dans un fourgon de la police entassées pêle-mêle. On voit notamment un fusil Mle 1777 et le policier qui le charge sans ménagement déclare : « c’est un fusil à baïonnette à amorce à silex », ainsi qu’un tromblon de la fin du XVIIIème à canon de bronze. On peut facilement imaginer qu’après ce transport, les armes arriveront au greffe du tribunal en piètre état : les bois griffés ou cassés, la patine des métaux endommagée.

Le reportage de FR3 permet de voir qu’il ne s’agit que d’armes anciennes. Certaines armes du XXème siècle sont encore en 1ère catégorie, mais la nouvelle règlementation les classera en arme de collection.

Imprimer cet article

Imprimer