Accueil > Accueil > Widget > Bavure : le calvaire d’un collectionneur

Article paru dans la Gazette des armes n° 512 d’octobre 2018.

Bavure : le calvaire d’un collectionneur

mercredi 5 septembre 2018, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Avec de gros titres, les médias jettent en pâture au grand public des collectionneurs qui sont souvent innocents. Leur seul tort est de posséder des armes...

Dénonciation

Suite à une dénonciation anonyme, les dirigeants du club de tir La Cible Coutançaise sont placés en garde à vue. L’un d’eux se voit saisir 375 pièces (80 armes, 75 couteaux de collection et divers accessoires) légalement détenues et stockées dans les conditions règlementaires.
Alors les médias en profitent pour se déchaîner et les information régionales en font un sujet. Vous pensez, un trafic d’armes dans un club de tir ! Déjà que la détention des armes est toujours vue d’un œil réprobateur, quand cela se déroule au sein d’un club de tir, pour les médias, le pire est atteint.

PNG - 172.6 ko
Fr3 Normandie a largement couvert cette saisie d’armes qui, finalement, étaient détenues légalement.
Cliquer pour visionner l’émission.

Finalement l’un des présumés coupables viennent d’être reconnu innocent et que ses armes vont lui être restituées par décision du tribunal.

Maltraitance

Ce qu’il faut retenir dans ces évènements, c’est l’application que l’une des victimes de cette erreur judiciaire à déployé pour faire éclater la vérité. Il a mis les moyens puisqu’il a même créé un blog dans lequel il raconte son calvaire judiciaire ainsi que la maltraitance hors normes dont il a pu faire l’objet au cours du déroulement de l’enquête. Mais l’affaire n’est peut-être pas terminée puisqu’il a déposé plainte contre "certains" instigateurs à l’origine de cette triste histoire. Nous en reparlerons donc le moment venu.

Que cette situation serve de leçon aux victimes innocentes d’erreurs judiciaire qui n’osent pas se défendre. Ce serait bien d’adhérer à l’UFA pour connaître les écueils à éviter en matière de collection d’armes.

Réhabilitation

Finalement par jugement en date du 30 mai 2018 dont le délibéré vient juste de tomber il y a quelques jours, le collectionneur est relaxé, la procédure d’enquête ayant été annulée, en raison de " l’absence d’éléments pour établir sa culpabilité."
La justice décide de lui rendre tous ses scellés, sauf un PM Thompson pour lequel elle n’avait pas de certitude sur la neutralisation ; Cela bien qu’il y ait eu une attestation par mail du Banc d’Epreuve de St Etienne. Alors plutôt que de chercher à comprendre et éventuellement de demander une expertise judiciaire, la justice à confisqué le PM. Le principe de précaution à encore de beaux jours devant lui.
En appel, il aurait été facile de faire reconnaitre cette neutralisation. Mais le coût financier d’une nouvelle procédure est très largement supérieur à la valeur du Thompson. Alors le collectionneur à choisi de ne pas faire appel, il a déjà perdu une forte somme dans cette procédure alors qu’il est innocent.

- Les médias :
PNG - 453.3 ko
Cliquer sur l’image pour agrandire.



  • Fr3 normandie, annonce de la découverte de "300 armes de chasse et de guerre". On ne parle donc pas de trafiquants mais de collectionneurs qui ont oublié, les limites de la légalité.
  • Ouest France : jugés pour avoir possédé un arsenal d’armes.
  • La manche libre : relaxé il récupère ses armes.



- Voir aussi :

Imprimer cet article

Imprimer